[Double Conférence] D’Espaces du blanc à Usages et Valeurs du Noir

Dans le cadre du séminaire “Usages et valeurs du noir”, en écho au Colloque “Espaces du blanc” qui était prévu au printemps 2021, le CEEI accueillera Roxane Jubert et Catherine Denis pour deux interventions intitulées respectivement « “BLANC : un livre expérimental. Excursion entre recherche et création” » et « Regard déterminant du blanc : le vide actif ».

Mardi 28 septembre 2021, de 14h à 16h30,
INHA, 2 rue Vivienne, 75002 PARIS
en salle Benjamin. 

Remarque : la séance se fera en présentiel.
L’hybride est envisagée pour les personnes qui résident en province ou à l’étranger.
Elles peuvent s’inscrire à l’adresse suivante : helene.campaignolle-catel@sorbonne-nouvelle.fr. 
Un lien leur sera adressé la veille de la séance.

*

Roxane Jubert

en dialogue avec Hélène Védrine (Sorbonne université)

« BLANC : un livre expérimental. Excursion entre recherche et création »

Résumé. Les sens de « blanc » rayonnent. Tout à la fois espace, lumière, clarté, page, absence de trace, contreforme, pause, respiration et suspension, ce mot fait miroiter mille significations – comme issues de la nuit des temps – qu’il projette à perte de vue. Le projet intitulé BLANC est une création en forme de livre, inspirée des ressources indéfinies de ce terme. Il en résulte un objet graphique composite et insolite, croisant recherche et expérimentation. Des fragments de textes issus de l’exploration du blanc relié à l’écriture, à l’espace, au contraste, à l’insaisissable, etc. (poésie, étymologie, citations, définitions, tours de langage, expressions anciennes) interfèrent avec des matières, des formes, des signes et des lettres prélevés dans notre environnement. BLANC tisse des mots, du papier et des empreintes, à partir d’associations d’idées, d’assemblages, de métaphores et autres ramifications. Il procède de l’attention, joue avec les mots et le sens, invite à l’expérience perceptive, à la réflexion et à l’interprétation. Mêlant typographie et moyens plastiques artisanaux, cette création graphique s’inscrit volontairement sous le signe de la soutenabilité, dans une époque qui en appelle à la frugalité des moyens de conception et de production, au regard des enjeux environnementaux.

Présentation

Roxane Jubert est enseignante-chercheuse, graphiste et typographe. Elle enseigne à l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs. Ses publications sont consacrées au graphisme, à la typographie et à leur relation aux arts visuels. Son principal ouvrage est publié aux éditions Flammarion sous le titre Graphisme Typographie Histoire / Typography and Graphic Design, From Antiquity to the Present. Une partie de ses recherches concerne le graphisme du point de vue des enjeux environnementaux. Publication récente : « La communication visuelle et graphique à l’aune des défis environnementaux : des priorités à redéfinir ».

 

*

Catherine Denis

en dialogue avec Pascale Elbaz (ISI T)

“Regard déterminant du blanc : le vide actif”

 

Oeuvre calligraphique de Catherine Denis

Résumé

Dans le texte « Du caractère à la lettre » j’avais écrit : « À l’origine était le son. J’écoutais les notes qui s’échappaient du piano […]. Et lorsque les notes me parvenaient alors que j’étais à l’étage […], elles me faisaient percevoir l’espace du silence qui les recevait » (Catherine Denis, Du caractère à la lettre, par Yves Bergeret et Nathalie Woog, Apogée, 2005, p. 8). Force est de constater qu’avant le son, il y a le silence ; avant le coup de pinceau, il y a l’espace blanc de la feuille de papier chinois, ou l’espace déjà très plein de la feuille de papier journal qui appelle mon geste, mêmes espaces « vierges » puisque je ne m’y suis pas posée.  La copie calligraphique que j’ai vécue en Chine pendant presque dix ans m’a initiée au regard que l’on doit porter sur l’espace de la feuille et à la perception du vide avant le geste, pour pouvoir vivre pleinement le tracé du trait. Il est important de noter que l’espace du « blanc » est déjà là, avant le geste, et il est porteur de mon intention. 意在笔先 yi zai bi xian (« l’intention précède le geste »), postface au Plan de bataille du pinceau de Wei Furen (题卫夫人“笔陈图”后,王羲之,历代书法论文选,上海书画出版社, Wei Furen, « Bi chen tu » hou, Wang Xizhi, Lidai shufa lunwen xuan, Shanghai Shuhua Chubanshe). Le « blanc » comme « le plein déjà existant de l’imprimé » sont, dans mon mental, du même ordre du vide. Ils vont donner forme, et par là-même prendre forme et sens en recevant et épousant mon geste artistique. Je regarde le blanc, le blanc me regarde.

Présentation

Originaire de la Dordogne, Catherine Denis est née en 1954, de parents musiciens. La découverte de la calligraphie chinoise à Taiwan l’amène à en approfondir son étude à l’Académie Nationale des Beaux-Arts de Hangzhou (1986-1989). De retour en France, elle l’enseignera dans le cadre de diverses associations culturelles, ainsi qu’à l’Université Rennes 2. Parallèlement à cela, elle continue à développer un travail personnel au pinceau, toujours dans l’art de l’écriture, et travaille pour des créations collectives.

 

Le programme complet du séminaire est consultable sur cette page


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search