Double conférence : Violaine Anger (« Ligne et corde, lettre et nom : le diagramme sonore et l’image dans le monde de l’alphabet ») et Thomas Le Gouge (« Diagramme et schéma autour du XIIIe siècle »).

Dans le cadre du séminaire La lettre et la ligne III – Images de sons, le CEEI accueille Violaine Anger et Thomas Le Gouge pour deux interventions intitulées respectivement « Ligne et corde, lettre et nom : le diagramme sonore et l’image dans le monde de l’alphabet » et « Diagramme et schéma autour du XIIIe siècle ».

Mardi 18 mai 2021, 14h-16h

En ligne. Le lien vers la réunion Zoom sera envoyé aux participants la veille. Contact : violaine.anger@gmail.com

Violaine Anger

« Ligne et corde, lettre et nom : le diagramme sonore et l’image dans le monde de l’alphabet »

Musica enchiriadis, Bnf Lat 7211 fol.3 r°

Résumé

On connaît l’importance de la ligne dans la pensée platonicienne : elle permet de penser le rapport entre les idées, les images et le monde. Mais elle est aussi, divisée soigneusement, figuration d’une corde où l’on peut situer les nombres irrationnels mais consonants qui structureraient le monde. Ces points importants de la corde, qui sont des rapports numériques, des distances, autant que des sons sont repérés par des lettres. Cette pensée est léguée, avec des précisions notables, par Boèce qui fait dans ses livres une synthèse de la théorie mathématique et musicale antique.

Au IXe siècle, la corde unique et pincée en divers endroits devient un modèle abstrait pour ordonner entre elles les différentes cordes de la cithare. Le nom d’un son isolé devient alors caractéristique, non plus d’un nombre, mais d’une situation non visible dans une structuration sonore indépendante. Subsistent toutefois l’alphabet et la pensée alphabétique, mais dans un lien renouvelé à l’image.

L’intervention précisera ces points en essayant de comprendre, dans ce contexte, les rapports complexes de l’alphabet et de l’image ou en tout cas de la figuration.

Présentation

Ancienne élève de l’École normale supérieure, ancienne élève du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, habilitée à diriger des recherches, elle enseigne à l’Université d’Évry et à l’École polytechnique. Membre du CEEI, elle poursuit sa recherche au CERCC, Centre d’Études et de Recherches comparées sur la Création, Équipe d’accueil 1633.

Elle a écrit de Le Sens de la musique, Paris, 2006, Sonate, que me veux-tu ? Lyon, Ens éditions, Lyon, 2016 ; Berlioz et la scène, penser l’incarnation théâtrale, Paris, Vrin, 2016, Giacomo Meyerbeer, Paris, Bleu Nuit, 2017, Voir le son, écriture, image, chant, Paris, Delatour, 2020, et de nombreux articles.

Légende de l’image mise en avant : Hucbald de Saint Amand, Traité sur la musique, Valenciennes 37

 

Thomas Le Gouge

« Diagramme et schéma autour du XIIIe siècle »

BnF Français 14964 31 v.

Résumé

La traduction de nombreux textes philosophiques et scientifiques de l’arabe vers le latin dans le courant du XIIe siècle entraine un changement profond dans la représentation du monde. L’astronomie n’est en effet plus dominée par la figure de Boèce dont la géométrie des mouvements célestes est comprise à partir de la théorie des harmonies musicales mais par le modèle physique hérité de Ptolémée et d’Aristote. Ce changement dans le savoir entraine un changement de paradigme graphique. Alors que les figures didactiques des siècles précédents méritaient en effet d’être interprétées comme de l’écriture (des dia-grammes), à partir du XIIIe siècle, elles prennent un caractère très différent qui les fait davantage ressembler à des images. Ce nouveau type de schématisation et de représentation qui apparait à cette époque semble dominer ensuite bien trois siècles d’approches scientifiques et d’interprétation populaire pour ne s’effondrer que lentement au cours du XVIe siècle. Je présenterai dans cette intervention un certain nombre de schémas en montrant leur originalité graphique et tenterai de proposer quelques comparaisons avec des enluminures.

Présentation

Thomas Le Gouge a soutenu sa thèse de doctorat en philosophie de l’art à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (décembre 2020), intitulée Schémas de cosmologie et géométrie de l’image du monde. XIIIe-XVIe siècle et centrée sur la théorie de l’image et la philosophie de l’espace au Moyen Age. En parallèle de ses recherches sur la fin du Moyen Age, il mène une réflexion sur les rapports entre la théorie des médias et l’art après la seconde guerre mondiale ainsi que sur l’Esthétique de Hegel. Après avoir été assistant scientifique à l’université de Dresde, il est aujourd’hui chargé de cours à Paris 1 (UFR de philosophie) et à l’UCO d’Angers (département d’histoire de l’art/art plastique).

Publications

– « Le grand Animal. Albert le Grand, De caelo », dans Matrice et signum, la croix dans la culture médiévale occidentale, Isabelle Marchesin, Sébastien Biay (dir.), INHA/DFK, Paris, 2020

– « Voir la terre. L’Image du monde de Gossuin de Metz », dans Au Prisme du Manuscrit : Littérature Française Médiévale (c. 1300-1550), Sandra Hindman, Eliott Adam (dir.), Brepols, 2019, p.15-34.

– « Le toit de Notre-Dame. Les apories de la reconstruction à l’identique », La Vie des idées, avec Bruno Haas, 25 juin 2019. ISSN : 2105-3030. URL : https://laviedesidees.fr/Le-toit-de-Notre-Dame.html

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search