[Double conférence] Sophie Aymes, Mildred Galland, 15 décembre 2020, 14h-16h15

La prochaine séance du cycle de conférences « La lettre et la ligne » aura lieu le mardi 15 décembre 2020 de 14h à 16h15.

La séance aura lieu en distanciel. Les personnes intéressées sont priées d’envoyer un mail aux adresses suivantes :

helene.campaignolle-catel@sorbonne-nouvelle.fr

msoikawa@l.u-tokyo.ac.jp

Un lien de connexion leur sera envoyé la veille. 

Nous y accueillerons deux conférences autour des relations entre « ligne » et « esthétique »:

14h : Sophie Aymes (Université de Bourgogne / CEEI) sur le thème « Lignes et points : illustration, impressionnisme littéraire et procédés »

15h: Mildred Galland (CNRS/ UMR THALIM) sur le thème « Sur la ligne, à partir des théories de l’empathie esthétique ».

Discutantes : Danièle Cohn, Professeur de philosophie, Université Paris I-Panthéon Sorbonne, et Marcia Arbex, Professeur de Littérature française, Universidade Federal de Minas Gerais (UFMG), Brésil

Résumé Sophie Aymes : « Lignes et points : illustration, impressionnisme littéraire et procédés »

Cette séance portera de manière générale sur les rapports entre illustration et procédés de reproduction. Elle sera plus précisément consacrée à l’utilisation de la photogravure dans le livre illustré britannique de la fin du 19e siècle. L’exemple choisi sera le recueil d’essais London Impressions (Constable, 1898) d’Alice Meynell, illustré par l’artiste britannique William Hyde. Peintre et aquafortiste, Hyde collaborait avec l’inventeur écossais Donald Cameron-Swan (1863-1951) de la Swan Electric Engraving Company, spécialisée dans le cliché trait comme dans le cliché simili. À la croisée de pratiques autographiques et d’opérations mécaniques, la photogravure allie les qualités artistiques de l’estampe à l’efficacité industrielle des nouveaux procédés photomécaniques, et permet de reproduire les demi-teintes des lavis et des aquarelles aussi bien que les traits du dessin et de la gravure. Ce procédé est au cœur des représentations du geste artistique mais aussi de la perception et de l’impression sensible au tournant du siècle. Londres, emblème de la modernité urbaine, source d’impressions toujours renouvelées, est ainsi un milieu privilégié et un sujet de choix pour saisir le lien entre illustration et impressionnisme littéraire.

London Impressions peut être consulté en ligne : https://archive.org/details/londonimpression00meynuoft

Résumé Mildred Galland-Szymkowiak : « Sur la ligne, à partir des théories de l’empathie esthétique »

Si la ligne est ce qui rend visibles les corps et ce qui structure l’espace, que rend visible la ligne libre, celle qui ne renvoie qu’à elle-même ? En s’appuyant sur les théories de l’empathie (Einfühlung) développées autour de 1900, on se demandera en quel sens la ligne est objet d’expérience esthétique.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search