Parution de « L’Écriture Heureuse » de Joëlle Dautricourt

L’Écriture Heureuse

Joëlle Dautricourt

 
Une publication des Cahiers Sens Public, juin 2020.
 
 
L’OUVRAGE
 
Nous sommes fiers de présenter au public le livre de Joëlle Dautricourt, L’Écriture Heureuse. C’est un blason, une sorte de talisman, le mantra d’une expérience méditative et poétique au long cours. Traiter de l’écriture, c’est se mettre en quête d’une matière noire, qui échappe à tout cadrage qu’on voudrait lui donner. Les lettres et l’encrage présentent l’illusion d’un ordre fixiste. Cet ancrage apparent a tôt fait de se dissoudre. Les lettres demeurent des graphèmes qui discutent les assignations que nous projetons sur elles, tant et si bien que les signifiés qu’elles disposent se muent en questions, qui en appellent d’autres, et ainsi de suite, sans terme.
 
Dans ce poème-action, tout n’est que traces et sillages, silhouettes tenaces, par exemple celles des algues, figures battues des eaux rivées à leur rocher : « La mer est rouge – les algues bougent ». Chez Joëlle Dautricourt, le mouvement ne cesse jamais: « Quand cette page brûle, les lettres s’envolent », rapporte une sagesse trempée au malheur. Cette sagesse exhausse les caractères, appelés à s’émanciper du fond de la page. Avec L’Écriture Heureuse, ils vivent leur vie propre, redeviennent des symboles ouverts aux interprètes, telles des notations musicales. Joëlle Dautricourt réinvente un terme qui m’enchante: elle qualifie l’une de ses figures de « scribale et scripturale », et je ne peux m’empêcher de sentir que le premier de ces deux vocables s’oriente vers une forme tribale, fuguant en quelque sorte depuis notre vie en miettes vers où se rassembler. L’Écriture Heureuse est une fête, une invite, une danse.
 
Gérard Wormser

 » Grand Livre « , Livre d’artiste unique, 1980
Décor pour  » La Grande Écriture « , spectacle de rue du Théâtre d’Encre
© Joëlle Dautricourt All rights reserved

Joëlle Dautricourt est une artiste aventurière. Partie aux sources de l’écriture, elle découvre la vie des formes dans la fabuleuse histoire des signes. Du porte-plume au tampon, puis du photocopieur à l’ordinateur, elle réalise sa propre anthropologie des techniques de l’écrit, renouant le dialogue immémorial entre le geste et la parole. Sa recherche se poursuit de l’expression graphique à l’expression verbale – du Mot-Œuvre à L’Écriture Heureuse. Une grande partie de son œuvre est rassemblée dans la collection Ruth and Marvin Sackner Archive of Concrete and Visual Poetry aux USA.

Anne Dambricourt, paléoanthropologue au CNRS, attachée au Muséum national d’Histoire naturelle, lui fait un bref écho dans une partition à deux voix qui revisite le mythe du Golem au féminin.

 
 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.