Disparition d’Ilse Garnier (1927-2020)

 

Ilse Garnier

Ilse Garnier (1927-2020) est décédée le 17 février 2020. Sa poésie prend pour thèmes le passage, le paysage, le cosmos, l’enfance, et s’inscrit dans les expériences qui, à partir des années soixante, ont renouvelé les langages, les formes et les supports de la création.

Née dans le Palatinat, Ilse Garnier étudie le français, avant de venir s’installer à Paris, puis en Picardie. Mariée au poète Pierre Garnier (1928-2014), avec qui elle participe à l’élaboration du « spatialisme » au début des années soixante, elle s’intéresse à la poésie sonore, avant de se consacrer à la poésie visuelle. De 1965 à 1971, elle signe avec Pierre Garnier plusieurs recueils à quatre mains, dont Poèmes mécaniques (1965), avant d’explorer sa voie de manière plus personnelle à partir de Blason du corps féminin (1979). Passionnée de technique, elle utilise tous les media à sa disposition (magnétophone, machine à écrire, diapositive, photo) au service de sa poésie. Recueils de poèmes, leporellos, livres d’artiste, mais aussi projections et œuvres éphémères, elle multiplie les supports.

C’est une aventurière qui disparaît, dont l’œuvre, déjà largement reconnue en Allemagne, est devenue progressivement plus accessible en France grâce à plusieurs publications, notamment Ilse et Pierre Garnier, Poésie spatiale – Une anthologie, préface d’Isabelle Maunet-Salliet, éditions Al Dante, 2012, et Ilse Garnier, Jazz pour les yeux, Anthologie de poésie spatiale, L’Herbe qui tremble, 2011 (voir ici la page dédiée chez L’Herbe qui tremble). Un de ses livres d’artiste, Winterlandschaft mit Vögeln [Paysage avec oiseaux], a fait l’objet récemment d’une réédition en fac-similé (textes de Violette Garnier, Anke Paula Böttcher et Matthias Zwarg, Eine Art Fabrik, Chemnitz/Berlin 2018, 24 p., 400 ex.).

Hasard du calendrier, le colloque intitulé « Le temps des cathédrales et ses métamorphoses dans l’œuvre d’Ilse et Pierre Garnier » (Amiens, Maison du théâtre, samedi 7 mars 2020), auquel participeront deux membres du CEEI, sera l’occasion de revenir sur son travail (https://lebanquetdesaintleu.fr/evenement/colloque-garnier/).

Le Centre d’étude de l’écriture et de l’image adresse toutes ses condoléances sincères et chaleureuses à sa fille, Violette Garnier.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.