Luc Bachelot, « La ligne dans l’œuvre d’Anne-Marie Christin »

 

Sandro Boticelli, L’homme à la médaille

(ou Inconnu portant la médaille de Côme de Médicis)

« Ce tableau propose non pas une mais deux figures, agencées selon une structure qui les rend curieusement équivalente, alignées qu’elles sont l’une au-dessus de l’autre le long du même axe central » (Anne-Marie Christin, L’invention de la figure, Flammarion, coll. « Champs arts », 2011, p. 9).

 

La prochaine séance du cycle de conférences « La lettre et la ligne » aura lieu le mardi 10 mars 2020 à l’INHA (2 rue Vivienne, 75002 Paris), en salle Mariette, de 15h30 à 17h. Nous y accueillerons Luc Bachelot (CNRS) sur le thème « La ligne dans l’œuvre d’Anne-Marie Christin ».

Discutant : Jean-Jacques Glassner (directeur de recherche au CNRS, professeur à l’EHESS)

 

Résumé

On attribue généralement à la ligne des caractéristiques aussi diverses et variées qu’antinomiques, faisant d’elle un objet de pensée difficile à saisir. Il est, en effet, polyvalent, polysémique, émietté tant il est collé à des réalités multiples et hétérogènes les unes aux autres. À partir des travaux d’Anne-Marie Christin, on peut se demander si la dispersion apparente des définitions que l’on donne fréquemment de la ligne comme des usages que l’on en fait ne peut se justifier. Une réponse positive à cette interrogation engagerait alors à la conception et à l’acceptation d’un rapport spécifique des hommes au monde dont on tentera d’évaluer la possibilité.

 

Biographie

Ancien chercheur du CNRS, archéologue du Proche-Orient, Luc Bachelot a participé ou dirigé des fouilles archéologiques en Iran, Irak et Syrie. Outre ses travaux de terrain, il s’est particulièrement intéressé aux questions liées aux « pratiques symboliques » (image et écriture) des sociétés anciennes du Proche-Orient ancien.

Responsable de 1993 à 1995 d’un séminaire de recherche au Collège International de Philosophie sur le thème « Rencontre entre philosophie et archéologie, à propos de l’image et de la communauté », Luc Bachelot a également animé pendant dix ans un séminaire de recherche intitulé « La peur des images » dans le cadre du thème transversal Textes, images et société, de l’UMR ArScAn (CNRS/Paris 1/Paris10).

Il est membre du CEE depuis 1982, puis du CEEI.

 

Bibliographie 

– « Ecriture, image et grammatologie », dans Hélène Campaignolle-Catel et Karine Bouchy (dir.) Écriture V, Systèmes d’écriture, imaginaire lettré, Presses Sorbonne Nouvelle, 2019, p. 43-59.

– « Le portrait, survivance mésopotamienne », dans Rose-Marie Godier, Agathe Lichtensztejn et Marie Camille Bouchindomme, Avatars du portrait, éclipse, migration, volte-face, Presses universitaires de Paris Nanterre, 2019, p. 85-101.

– « Aventure et mésaventure de l’écriture », dans Raffaella Pierobon Benoit (acura di), Avventure della scrittura, Documenti dal Mediterraneo orientale antico, Cahiers du Centre Jean Bérard, 24, Naples, 2018, p. 15-38.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.