Colloque « Bande dessinée en Asie de l’Est » Université de Paris – Campus Paris Diderot 19-21 novembre 2020 : Appel à communications

Dans le cadre de l’Année BD 2020 lancée en France par le Ministère de la Culture[1], ce colloque propose de revenir sur tout un pan de la bande dessinée mondiale selon une approche régionale, centrée sur l’aire est-asiatique. Il s’agit de décentrer le point de vue habituellement focalisé sur les bandes dessinées américaine ou franco-belge, et d’élargir les discours déjà nombreux sur le manga japonais à d’autres traditions voisines, en Corée, en Chine, à Taïwan, à Hong Kong.

            L’approche principale de ce colloque met l’accent sur un espace géographique qui se caractérise par une certaine homogénéité culturelle et linguistique — la bande dessinée est en effet désignée par des termes voisins dans le manga japonais, le manhua chinois et le manhwa coréen. Cette unité, marquée notamment par l’usage tant en chinois qu’en japonais des idéogrammes 漫画, s’accompagne d’une cohésion narrative, dans la mesure où nombre de récits traditionnels transnationaux, tels que La Pérégrination vers l’Ouest, sont réadaptés et réappropriés de multiples fois par des auteurs ou autrices de ces différents pays. La recherche en bande dessinée européenne a déjà pu penser la BD au niveau continental, élargissant le traditionnel couple franco-belge aux productions suisses, voire italiennes, allemandes, ou autres. À l’heure où les études sur la bande dessinée chinoise et coréenne se multiplient, il devient aujourd’hui possible d’aborder la bande dessinée asiatique comme un objet complet, ainsi que l’a montré récemment Paul Gravett avec l’exposition Mangasia organisée à Nantes en 2018[2]. Ce néologisme proposé comme titre de l’exposition consacre cependant la place dominante du Japon et du manga au détriment d’autres aspects de la bande dessinée est-asiatique. S’il est vrai que le Japon est à l’origine d’une certaine unification culturelle dans la première moitié du XXe siècle, d’autres traditions de littérature dessinée ont existé et existent toujours dans les mondes chinois ou coréens. Il ne s’agira donc pas d’étudier la bande dessinée asiatique à l’aune du manga, mais bien d’analyser les différentes formes de bande dessinée qui émergent et se transforment en Asie de l’Est depuis la fin du XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui.

            Le colloque sera organisé autour de deux axes principaux, l’un historique, l’autre formel. Dans un premier temps, nous invitons les participants à revenir sur l’histoire du médium « bande dessinée » sur les différents territoires abordés lors du colloque (Japon, Corée, Chine, Taïwan, Hong Kong), en s’intéressant aux conditions de son émergence, à ses évolutions et aux possibles coups d’arrêt qu’il a pu connaître ; on pourra également retracer l’histoire de ce que l’on appelle parfois « proto-BD » en étudiant les productions graphiques qui précèdent et accompagnent la naissance du médium. Il sera particulièrement intéressant d’étudier les points de rencontre entre les différentes traditions nationales de bande dessinée et les possibles hybridations qu’ils occasionnent. Après avoir également traité des multiples classifications génériques (bande dessinée pour enfant, d’humour, de propagande, de science-fiction, de l’écriture de soi, d’aventure, d’horreur, érotique, fantastique, historique, etc.) et de leur évolution autant que de leur intrication, cet axe d’analyse sera en outre l’occasion d’explorer une socio-histoire de la bande dessinée en Asie de l’Est. Il s’agira alors d’étudier le vaste champ des acteurs et actrices de la bande dessinée (auteurs, dessinateurs, scénaristes, maisons d’éditions, librairies spécialisées, etc.) ainsi que celui du lectorat, qui peut certes se confondre avec le premier, mais qui permet aussi d’évaluer la popularité changeante du médium selon les époques ou selon les catégories de population concernées. Dans un second temps, les participants au colloque seront amenés à s’intéresser aux caractéristiques formelles de l’œuvre de bande dessinée et à son fonctionnement, notamment à travers sa dimension texte-image. La question de la forme étant très liée à celle du support, il faudra aussi examiner les matérialités plurielles du médium (presse, album, numérique, autres) ainsi que la potentielle patrimonialisation des œuvres, des planches ou des dessins, qui se trouvent exposés dans des musées et deviennent œuvres d’art à part entière. Cette ambiguïté intermédiale entre peinture et bande dessinée est également l’occasion d’aborder les rapports de la BD aux autres arts, avec lesquels ou contre lesquels elle se construit. L’analyse du médium « bande dessinée » en soi puis au sein de chaque champ médiatique national permet enfin de s’interroger sur sa place ou sur son rôle, et d’explorer, tout en reconnaissant le caractère fondamentalement hétérogène de l’univers médiatique, les possibilités de dynamiques transmédia, qui passent par le théâtre, le cinéma, le dessin animé, le jeu vidéo, ou encore la constitution d’une franchise. À travers ces deux axes, historique et formel, il sera ainsi possible d’étudier en profondeur la bande dessinée est-asiatique dans toutes ses qualités.

Nous ferons également un point sur la réception de la bande dessinée asiatique en France en évoquant les aspects traductologiques et éditoriaux. Des ateliers de création en présence de créateurs seront organisés. 

 

 

 

Calendrier

 

Vous pouvez envoyer vos propositions de contribution (d’environ 400 mots) ainsi qu’une courte biographie avant le 1er juin 2020, aux trois organisateurs : Jacques Dürrenmatt (jacques.durrenmatt@paris-sorbonne.fr), Marie Laureillard (marie.laureillard@univ-lyon2.fr)  et Norbert Danysz (norbert.danysz@ens-lyon.fr). Les réponses aux propositions seront envoyées le 30 juin 2020. Contributions en français ou en anglais.

Le colloque se tiendra du jeudi 19 novembre au soir au 21 novembre 2020 au soir à l’Université de Paris  – Campus Paris Diderot.

Comité d’organisation

Norbert Danysz (ENS Lyon, IAO)

Jacques Dürrenmatt (Sorbonne Université, STIH)

Marie Laureillard (Université Lyon 2, IAO, CEEI)

Cécile Sakai (Université de Paris – Paris Diderot, CRCAO, CEEI)

 

Comité scientifique

Norbert Danysz (ENS Lyon, IAO)

Jacques Dürrenmatt (Sorbonne Université, STIH)

Paul Gravett (Chercheur indépendant, Londres)

Benjamin Joinau (Université de Hongik, Séoul)

Marie Laureillard (Université Lyon 2, IAO, CEEI)

Cécile Sakai (Université de Paris – Paris Diderot, CRCAO, CEEI)

Marianne Simon-Oikawa (Université de Tokyo, CEEI)

 

Avec le soutien du CEEI.

 

[1] Ministère de la Culture, « BD 2020, la France aime le 9e art », https://www.bd2020.culture.gouv.fr

[2] Paul Gravett, Mangasia : le guide de la bande dessinée asiatique, Paris, Hors Collection, 2017.

Conference “East Asian Comics”, Call for papers

Université de Paris — Campus Paris Diderot,

2020, November 19-21

 

In the context of the 2020 Comics Year launched by the French Ministry of Culture[1], this conference focuses on a whole side of global comics through a regional approach : comics art in Eastern Asia. The aim is to look beyond American comics and bandes dessinées (Franco-Belgian comics), and to expand the already numerous discourses on Japanese manga to other nearby comics traditions, in Korea, China, Taiwan, Hong Kong.

 

The main focal point of this conference stresses a geographical space, characterized by a certain cultural and linguistic cohesion — “comics” is indeed called by similar terms in Japanese manga, Chinese manhua and Korean manhwa. This cohesion, showed in particular by the use of the ideograms 漫画 in both Chinese and Japanese, also comes from a unity in the narratives, as some transnational traditional stories are adapted and absorbed multiple times by authors from these countries, for example Journey to the West. European comics research already had the occasion of considering bande dessinée with a continental point of view, widening the Franco-Belgian spectrum to Switzerland, Italy, Germany, etc. Now that there are more and more studies on Chinese and Korean comics, it becomes possible to consider Asian comics as a whole, and so did Paul Gravett in his book Mangasia and the exhibitions drawn from it[2]. However, his neologism proposed as the title of his work sanctions the dominant position of Japan and manga to the detriment of other aspects of East Asian comics. If Japan has certainly impulsed some cultural unification in the first half of the 20th century, other comics traditions have existed nonetheless, and still exist today in the Chinese and Korean worlds. Hence, we don’t aim to study Asian comics in the light of manga, but to analyse the different forms of comics art which emerge and evolve in Eastern Asia from the end of the 19th century until today.

 

The conference will be structured upon two main lines, historical and formal. In the first one, we invite participants to come back to the history of the comics medium in the different territories addressed during the conference (Japan, Korea, China, Taiwan, Hong Kong). We will discuss the circumstances of its appearance, its developments, and its potential interruptions; we will also debate on the history of what is sometimes called « proto-comics » and recount the graphic productions which precede or accompany the birth of the medium. It will be of particular interest to study the meeting points between the different national comics traditions, and the new hybride forms that these points may trigger. Within each national production, we will also analyse the multiple genres (children comics, humor comics, propaganda comics, science-fiction comics, autobiographical comics, action comics, horror comics, erotic comics, fantasy comics, historical comics, etc.) and their evolution as much as their interactions. Eventually, this first line of the conference allows us to outline a social history of East Asian comics, by studying the wide range of its operators (authors, artists, scriptwriters, editors, specialized bookshop owners, etc.) as well as the audience, whose fluctuation can indicate a change of popularity for comics throughout history. In the second line of the conference, we encourage participants to pay attention to the formal characteristics of comics and to how it relies on text and image to convey a story or a message. Questions of form being intricately tied to questions of format, we will examine the various materials of comics (press, book, digital, others), along with the growing heritage process in a time when comics works, pages, or drawings are shown in exhibitions and museums, and become real pieces of art. This inter-media ambiguity between painting and comics is also an opportunity to look at the connections between comics and other forms of art, with or against which it grows. Analyzing the comics medium in itself and within each national media spectrum allow us to acknowledge its place and its role, but also to explore the possibilities of transmedia dynamics, including theatre, cinema, cartoon, video games, or merchandising. In the end, through these two historical and formal lines, we will be able to build in-depth research on East Asian comics.

 

Finally, there will be a short statement on the reception of Asian comics in France, during which we will evoke questions of translation and publishing. We will also organise workshops with comics creators.

 

Schedule

 

You can submit to the organizers your contribution in a 400-words proposal, and a short biography, before 2020, April 1 :

Jacques Dürrenmatt (jacques.durrenmatt@paris-sorbonne.fr),

Marie Laureillard (marie.laureillard@univ-lyon2.fr) and

Norbert Danysz (norbert.danysz@ens-lyon.fr).

 

You will receive an answer to your contribution on 2020, June 30.

 

Contributions in French or English.

 

We will hold the conference at Université de Paris — Campus Paris Diderot, from the evening of Thursday, November 19 to the evening of Saturday, November 21.

 

Organizing Committee

Norbert Danysz (ENS Lyon, IAO)

Jacques Dürrenmatt (Sorbonne Université, STIH)

Marie Laureillard (Université Lyon 2, IAO, CEEI)

Cécile Sakai (Université de Paris – Paris Diderot, CRCAO, CEEI)

 

Scientific Committee

Norbert Danysz (ENS Lyon, IAO)

Jacques Dürrenmatt (Sorbonne Université, STIH)

Paul Gravett (independent researcher, London)

Benjamin Joinau (Hongik university, Seoul)

Marie Laureillard (Université Lyon 2, IAO, CEEI)

Cécile Sakai (Université de Paris – Paris Diderot, CRCAO, CEEI)

Marianne Simon-Oikawa (Université de Tokyo, CEEI)

[1] Ministère de la Culture, « BD 2020, la France aime le 9e art », https://www.bd2020.culture.gouv.fr

[2] Paul Gravett, Mangasia, The Definitive Guide to Asian Comics, London: Thames & Hudson, 2017.

 


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Paul Gravett dit :

    Bonjour Marie Laureillard, Je suis très content de découvrir votre colloque en novembre qui pourra enlargir la connaissance de « Bande dessinée en Asie de l’Est ». Aussi je vous remercie pour vos commentaires sur l’expo ‘Mangasia’ à Nantes. Pour expliquer un peu plus, mon livre ‘Mangasia’ n’en est pas le catalogue, mais a été conçu avant tout. C’est seulement plus tard que le Barbican Centre ici à Londres m’a chargé de créer une exposition itinérante, avec une équipe d’experts panasiatiques, basée sur mes recherches. Et vous avez raison, le bouquin et le livre se concentrent à moitié sur le manga (mon editeur anglais voudrait attirer les fans de manga bien sûr), mais l’équipe et moi avons essayé d’ouvrir aussi le continent de BD asiatique un peu plus. Je m’intéresse beaucoup à participer à cette conférence et partager ces infos. Bien cordialement, Paul

  1. 16/01/2020

    […] le cadre de l’Année BD 2020 lancée en France par le Ministère de la Culture[1], ce colloque propose de revenir sur tout un pan de la bande dessinée mondiale selon une approche […]

  2. 17/01/2020

    […] le cadre de l’Année BD 2020 lancée en France par le Ministère de la Culture[1], ce colloque propose de revenir sur tout un pan de la bande dessinée mondiale selon une approche […]

  3. 20/01/2020

    […] le cadre de l’Année BD 2020 lancée en France par le Ministère de la Culture[1], ce colloque propose de revenir sur tout un pan de la bande dessinée mondiale selon une approche […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.