La nuit à la croisée des arts et des cultures : perceptions, imaginaires, représentations

Lancement d’un nouveau séminaire de LANGARTS, groupe de recherches interuniversitaire dirigé par Véronique Alexandre Journeau. Les interventions aborderont les relations entre littérature, peinture et musique. Le séminaire se poursuivra jusqu’en 2021. Nous vous tiendrons informés des  dates des prochaines séances. La première séance aura lieu le vendredi 25 octobre 2019, 10h00-13h00, en Sorbonne, salle des Actes (entrée par le 54 rue Saint Jacques). Inscription gratuite obligatoire pour la première séance  avant le 19 octobre : langarts [a] orange.fr.

Les deux conférences de la séance d’ouverture :

La nuit : une ambiguïté musicale par Danièle Pistone

Des métamorphoses de l’appréhension du thème à la force tenace des idées romantiques comme à un éclectisme parfois salvateur, cet exposé prendra appui sur l’art musical européen pour mettre en évidence la rencontre de réalisations inspirées par la nuit voire la réception esthétique de celles-ci. Matière fugitive, invasive, quasi inéluctable pour l’oreille humaine, la musique, elle aussi ambiguë par nature, peut-elle contribuer à mettre au jour de puissants symboles nocturnes ? Ou, au contraire, parvient-elle fort difficilement à marquer ce champ d’une empreinte artistique spécifique ?

Danièle PISTONE, Professeur à l’université Paris-Sorbonne, a animé de 1989 à 2013 l’Observatoire musical français (OMF) et ses nombreuses publications. Co-fondatrice du Séminaire Interarts de Paris(1998-2012) et du Séminaire interuniversitaire Paroles & Musiques(Paris 3-Paris 4, 2007-2014), elle porte un intérêt tout particulier à l’esthétique comparée, ainsi qu’aux rapports entre langues et arts. Elle a ainsi contribué aux journées et publications qui ont inauguré la collection « L’univers esthétique », dirigée par Véronique Alexandre Journeau chez L’Harmattan, dans un partenariat expérimental entre l’OMF et le Réseau Asie-Imasie, préfiguration de l’actuelle équipe Langarts. Publications récentes : Le wagnérisme dans tous ses états, 1913-2013(codir.), Presses Sorbonne Nouvelle, 2016 ; Le Paris d’été. Musique et société à Trouville-sur-Mer de 1830 à 1914, L’Harmattan, 2019 ; Prospectives musicologiques, L’Harmattan, 2019 (sous presse).

Chine : la couleur de la nuit par Danielle Elisseeff

Noire comme l’encre des calligraphes ‒ ce qui la rend familière et respectable ‒ la nuit chinoise ne fait pas peur ; elle est l’une des faces du monde céleste dont dépend notre vie. Elle accueille et protège tout ce qui n’est pas ordinaire : les arcanes du pouvoir (quiconque venait jadis à la cour devait se présenter avant le lever du soleil) ; ou bien la fête que les peintres du Sud ont si bien mis en scène ; ou au contraire l’attaque soudaine, le danger, mais aussi la victoire habilement gagnée ; à moins que des hallucinations ne fassent apparaître des fantômes. Aujourd’hui pourtant, alors que s’impose partout la lumière artificielle, tout se passe comme si les hommes organisaient l’absence de la nuit. Mais comment vivre dans un monde sans alternance, sans ce retournement perpétuel d’une chose à son contraire dont les philosophies chinoises soulignent depuis l’Antiquité la nécessité existentielle ?

Danielle ELISSEEFF, Archiviste-paléographe de l’École des Chartes, Docteur en études extrême-orientales, enseignante à l’École du Louvre, est chercheure au Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine de l’EHESS depuis 1982. Elle est aussi membre correspondant (depuis 2012) de l’Académie des Sciences d’outre-mer (5e section). Ses ouvrages les plus récents sont : Hybrides chinois, la quête de tous les possibles, Paris, Louvre éditions / Hazan, 2011 ; Histoire de l’art : la Chine, des Song (960) à la fin de l’Empire (1912), Paris, RMN / École du Louvre, 2010 ; Art et archéologie de la Chine : du Néolithique à la fin des Cinq Dynasties (Ve millénaire avant notre ère – 960 de notre ère), Paris, RMN / École du Louvre, 2008.

Présentation du séminaire :

Nouveau séminaire (2019-2021)

La nuit exerce sur l’être humain une fascination variée allant des peurs engendrées à l’exacerbation des sens pour en percevoir les contours. Les artistes n’y échappent pas et leurs démarches, œuvres et commentaires révèlent des impressions et conceptions visant à saisir ce qui est tout à la fois familier et garant d’un mystère. Quelles que soient les civilisations dont ces derniers sont issus, en Orient comme en Occident, transparaît inévitablement une vision personnelle, intime et révélatrice, qui renvoie dans un premier temps à la perception. « Quand, par exemple, le monde des objets clairs et articulés se trouve aboli, notre être perceptif amputé de son monde dessine une spatialité sans chose. C’est ce qui arrive dans la nuit », écrit Merleau-Ponty [1].

Avec le jour, impressions et interrogations perdurent. Issus de l’observation, les éléments repérés ont-ils un rôle, un lien entre eux ? Faut-il les considérer comme une alchimie dont les secrets sont à découvrir ? L’imagination est-elle, en ce qui concerne cette interrogation, source de connaissance, voire de vérité ? Ainsi, la lune, si ambivalente, tantôt maléfique, tantôt bienveillante, incarnée chez les Romains par la déesse Hécate aux trois visages, et qui en Extrême-Orient suscite une contemplation admirative et inspire les lettrés, ne joue-t-elle qu’un rôle symbolique lorsqu’elle est présente dans une œuvre ?

Dès qu’il est question de la nuit, la frontière entre perception et imaginaire devient ténue. On pense à ces moments d’apparitions et de métamorphoses décrits par le poète Novalis dans ses Hymnes à la nuit : « Plus divins que les étoiles scintillantes nous semblent les yeux infinis que la nuit a ouverts en nous ». L’ambivalence de la nuit apparaît comme étant d’une part libération, moment de lâcher-prise favorable à l’inspiration, et d’autre part synonyme d’ennui, de méditation ou de mort. N’est-ce pas la situation décrite par Guy Debord en 1978 lorsqu’il constate que in girum imus nocte et consumimur igni [2] dans son film éponyme ?

Au demeurant, l’entrelacs entre perception et imaginaire se densifie dès lors que la représentation de la nuit intervient. Que penser de cette Reine de la nuit dans La Flûte enchantée de W. A. Mozart, dont chacune des apparitions dans l’œuvre sont marquantes, sans appel et terminées par un rire glaçant ? Se rapproche-t-on de ce moment dès lors qu’une œuvre lui est dédiée ? Que signifie composer et jouer un nocturne ? Le renversement du temps à Minuit (comme l’écrit Mallarmé dans Igitur) opère-t-il dans les Noces de Stravinsky ou bien dans une représentation d’une nuit de sabbat, ne serait-ce qu’en songe ? Le noir est-il la couleur de la nuit, ce que contredit la Nuit étoilée de Van Gogh ? « Que devient le regard quand la lumière s’absente ? Que voit-on dans l’ombre ? » (Milner). L’image disparaît-elle au profit de la matière, de l’informe, de la sensation, de l’espace sans repère ? L’esthétique de la nuit au Japon et en Corée, les réalisations du groupe Etoiles dans la Chine de la fin des années 1970 lèvent un voile tout en suggérant un foisonnement de chemins possibles. Enfin, le rêve survenant la nuit, si prégnant en Inde par exemple, relève-t-il seulement du royaume de l’inconscient ?

La nuit passionne et évolue selon nos modes de vie : la nuit urbaine électrique, les divertissements ont été poétisés par les photographies de Brassaï, le film Minuit à Paris de Woody Allen…

La persistance de la nuit en tant que source d’inspiration confine à une question lancinante posée à l’expression artistique. Afin d’apporter des éléments de réponse à ces premières interrogations, non exhaustives, ce séminaire se propose d’aborder la thématique de la nuit par l’entremise de réalisations artistiques et littéraires venues d’horizons divers, en privilégiant le partage des visions entre les arts et les cultures, qu’il soit inhérent à la communication elle-même (Ainsi la nuit de Dutilleux d’après La nuit étoilée de Van Gogh, Haiga-s de Ion Codrescu sur des Nocturnes de Chopin, poèmes chinois sur le jeu musical la nuit…) ou élaboré en duos de communications.

 

Bibliographie indicative

Astier Ingrid, Petit éloge de la nuit, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 2014

Banu Georges, Nocturnes : Peindre la nuit, Jouer dans le noir, Paris, Biro, 2005

Caillet Laurence, Démons et merveilles : nuits japonaises, Paris, Société d’ethnologie, 2018

Choné Paulette et alii, L’Âge d’or du nocturne, Paris, Gallimard, coll. « Art et artistes », 2001

Clément Catherine, Éloge de la nuit, Paris, Albin Michel, 2009

Collectif, Musique et nuit, Paris, Cité de la Musique, 2004

Durand Gilbert Durand, Les Structures anthropologiques de l’imaginaire, Paris, Dunod, 1968 (notamment le livre deuxième, sur « le régime nocturne de l’image »)

Gallais Jean-Marie (dir.), Peindre la nuit, Metz, Centre Pompidou-Metz Éditions, 2018

Haenal Yannick, La Solitude Caravage, Paris, Fayard, 2019.

Leleu Véronique et Bollard-Duval Clotilde (dir.), La Lune : du voyage réel aux voyages imaginaires, Paris, RMN, 2019

Lemaire Gérard-Georges, Le Noir, Paris, Hazan, 2006

Michaux Henri, La nuit remue, Paris, Gallimard, coll. « NRF », 1987

Milner Max, L’envers du visible, essai sur l’ombre, Paris, Seuil, 2005

Montandon Alain (dir.), Dictionnaire littéraire de la nuit, Paris, Honoré Champion, 2013

Nam June Paik’s 80th anniversary: Nostalgia is an extended Feedback, catalogue, préface de Manu Park, Yongin (Corée du sud), Nam June Park Art Center, 2013

Stevenson John, Cent aspects de la lune : Yoshitoshi, Paris, Citadelles & Mazenod, 2018

Viola Bill, Hatsu-Yume, First Dream, introduction de David Elliott, Tokyo, éditions Tankosha & Mori Art Museum, 2006.

 

Le séminaire aura lieu le vendredi matin de 10h à 13h, environ une fois par mois, à partir de novembre 2019 à l’INHA.

Il est souhaité que les duos de communication fassent une place aux doctorants ou jeunes docteurs.

Propositions d’intervention à envoyer SVP à Marie Laureillard et Patrick Otto : mlaureillard@free.fr et otto.p@wanadoo.fr

Une publication suivra.

[1] Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard, 1945, p. 328.

[2] Locution latine palindrome faisant référence aux papillons de nuit qui tournent autour de la chandelle avant de s’y brûler : « nous tournons en rond dans la nuit et sommes dévorés par le feu ».


Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.