Barbara Wright nommée chevalier de la Légion d’honneur

Le CEEI a l’immense plaisir et l’honneur d’annoncer la nomination de notre collègue Barbara Wright au rang de chevalier de la Légion d’honneur. La cérémonie s’est tenue mercredi 25 septembre, à l’ambassade de France à Dublin.

Nous reproduisons ci-dessous l’article paru sur le site de l’ambassade d’Irlande comprenant les discours de S. E. l’ambassadeur Stéphane Crouzat et de Barbara Wright :

“Mme Barbara Wright, professeure émérite de littérature française à Trinity College Dublin, a été nommée chevalier de la Légion d’honneur par l’ambassadeur de France en Irlande Stéphane Crouzat le mercredi 25 septembre 2019, saluant une carrière de près de six décennies au service du rayonnement de la France en Irlande et des lettres françaises. Cette carrière ininterrompue au service de la France lui avait déjà valu d’être nommé chevalier (1975) puis officier (2004) de l’Ordre National du Mérite.

Retrouvez ci-dessous les discours prononcés par l’ambassadeur Stéphane Crouzat et par Mme Barbara Wright à cette occasion.

Discours de S.E. Stéphane Crouzat

Monsieur le Provost,
Mesdames et messieurs,
Chers amis,
Madame la Professeure, Chère Barbara,

C’est un honneur et un plaisir de vous recevoir à la Résidence afin de remettre la Légion d’honneur à Madame Barbara Wright, professeure émérite de littérature française à Trinity College Dublin.

Chère Barbara, quinze années se sont écoulées depuis votre promotion en 2004 au rang d’officier de l’ordre national du Mérite. Quinze années durant lesquelles vous avez continué assidûment vos recherches en littérature et peinture françaises. Je souhaite ici retracer rapidement votre exceptionnel parcours avant de me pencher sur ces quinze dernières années.

Vous débutez votre carrière dans l’enseignement en 1960, tout d’abord à l’Université de Manchester, puis d’Exeter avant de rejoindre Trinity College Dublin en 1965, où vous devenez la première femme à être distinguée du titre de Fellow en 1968. En 1998 et jusqu’à votre retraite en 2005, vous faites partie du cénacle des sept Senior Fellows de l’Université. A Trinity College, vous obtenez une chaire de professeure de littérature française entre 1978 et 2005 et êtes doyenne de la faculté des arts entre 1983 et 1986, puis entre 1990 et 1996.

Ce parcours académique vous mène à la Royal Irish Academy, dont vous devenez membre en 1988. Au sein de celle-ci vous occupez le poste de chairperson du Comité National d’Etudes en Langues Modernes. Vous siégez au conseil de la RIA d’abord en 1990 et entre 1999 et 2007. Vous êtes également membre de la Royal Irish Academy of Music depuis 1979 et vice-Présidente à partir de 1987, enfin Honorary Fellow en 2012.

Vos activités vous rapprochent naturellement des universités françaises. En 1976, vous êtes membre correspondant de l’Académie des Belles lettres, Sciences et Arts de La Rochelle. Entre 1985 et 2005, vous participez à un programme conjoint de master en association avec l’Université Paris 7. En 2001, vous êtes membre de « l’Equipe d’accueil XIXème siècle » au sein de l’école doctorale de Littératures françaises et comparées de l’Université Paris IV. Vous êtes membre du Centre d’Etudes de l’Ecriture et des Images depuis 1985 (co-responsable des correspondants à l’étranger). Vous passez également un semestre à Paris en 2006 dans le cadre d’un Fellowship avec le Columbia University Institute for Scholars à Reid Hall.

A travers vos travaux, vous promouvez également la recherche et l’éducation européenne, ce qui vous vaut d’être élue à l’Academia Europaea en 1989, un an après sa création, et d’être éditrice associée éditrice associée de l’European Review depuis 1992.

Vos sujets de recherche ont fait de vous une référence reconnue dans la littérature et la peinture françaises au XIXème siècle, en particulier la peinture orientaliste. Nous pourrions passer de longs moments à égrener la liste de vos travaux depuis les débuts de votre carrière universitaire. Je souhaiterais seulement me pencher sur certains de ceux que vous avez réalisés depuis une quinzaine d’années, depuis votre dernière décoration.

Tout d’abord l’écrivain et peintre orientaliste Eugène Fromentin – un amour de jeunesse car c’était votre sujet de thèse – dont vous publiez une biographie en 2006 : « La Vie d’Eugène Fromentin » aux éditions Champion ; puis, en 2008, une monographie : « Eugène Fromentin : Visions d’Algérie et d’Égypte », réalisée avec James Thompson, qui figure dans la « short list » des dix meilleurs livres d’art de l’année 2008 au Salon Mai du livre d’art au centre Pompidou. Vous publiez ensuite en 2010 un texte sur le peintre orientaliste Narcisse Berchère, au titre évocateur : « Le Désert de Suez : cinq mois dans l’Isthme ». Puis vous publiez « Les îles Inishkea », carnets personnels de Françoise Henry, la grande historienne de l’art et archéologue française. Vous publiez également en 2014 un manuscrit d’Albert Aubert : « Du Spiritualisme et de quelques-unes de ses conséquences », demeuré inédit depuis sa rédaction en 1840 et que vous avez retrouvé par hasard parmi les papiers de son ami Eugène Fromentin. L’an dernier vous avez, avec Jane Conroy, publié la correspondance du scientifique et diplomate de la fin du XVIIIe siècle Charles-Etienne Coquebert de Montbret à Andrew Caldwell.

Vous avez enfin découvert un joyau : tout le monde connaît Alexis de Tocqueville, dont on sait qu’il a publié en 1835 un ouvrage sur ses « Voyages en Angleterre et en Irlande » ; mais l’on connaît moins son frère Edouard, dont vous avez récemment, au fil de vos recherches, retrouvé un journal de voyage inédit, illustré par l’auteur, datant de 1824 et qui s’intitule « Voyage en Angleterre, en Écosse et en Irlande ». Vous m’avez indiqué que ce projet est déjà bien avancé et que vous avez le ferme espoir de le mener à bien. Et je comprends que déjà un éditeur en France a été trouvé.

Tout au long de votre carrière, vous n’avez jamais cessé d’œuvrer au rayonnement de la France en Irlande et des lettres françaises. Ce qui vous a valu d’être décorée de l’ordre national du Mérite – chevalier en 1975 puis officier en 2004. C’est aujourd’hui en reconnaissance de la poursuite d’une carrière exceptionnelle que le président de la République a décidé de vous faire chevalier de la Légion d’Honneur.

Mamde Barbara Wright, au nom du président de la République et en vertu des pouvoirs qui nous sont conférés, nous vous faisons chevalier de la Légion d’honneur.

Discours de Mme Barbara Wright

Au début de ma carrière, littérature et peinture constituaient deux disciplines séparées. Petit à petit, les cloisons étanches entre le mot et l’image ont cédé le pas à la pluridisciplinarité. L’image, qui prévalait depuis la première inscription sur la première pierre de l’époque sumérienne, est venue s’installer à nouveau sur nos tablettes actuelles. C’est tout l’enseignement de mon ancienne collègue et inspiratrice, Anne-Marie Christin, pour qui l’étude de l’écriture est venue remplacer celle de la littérature. Avant même la création des échanges ERASMUS, le Centre d’étude de l’écriture et de l’image, dont la première mouture date de 1982, à l’Université Paris 7, a poursuivi des études textuelles et visuelles au niveau prédoctoral. Ces échanges interuniversitaires s’effectuaient non seulement entre Paris 7 et Trinity College, Dublin, mais aussi avec la Vrije Universiteit, Amsterdam. Après une riche vingtaine d’années, cette activité a pris fin, laissant créer un fonds documentaire à la Bibliothéque des Grands Moulins. Désormais, l’Irlande va maintenir un lien permanent avec la nouvelle Bibliothèque Anne-Marie Christin, grâce au legs que je viens de faire à la Bibliothèque de l’Université de Cork, en y réunissant les activités d’enseignement et de recherche de deux sections – celle du français et celle de l’histoire de l’art.

De son côté, le Centre d’étude de l’écriture et de l’image (CEEI), de l’Université Paris Diderot, est en plein essor. D’abord fondé sur l’étude des œuvres littéraires des XIXe-XXe siècles français, inspirées ou motivées par la peinture, ses recherches se sont élargies au domaine de l’illustration à l’échelle mondiale.

Dans mes propres recherches, j’ai toujours été très terre à terre. Je préfère commencer par le bas et élargir par la suite. C’est ainsi que j’ai pu voir à quel point les rapports entre le textuel et le visuel dépassent toutes les frontières géographiques et historiques pour assimiler le monde de la musique, de la sémiologie, de l’anthropologie et de l’environnement. Telles sont mes ambitions pour ce partage de fonds et d’expertise entre l’Irlande et la France, mais à partir de petites études ponctuelles.

Mes amis plaisantent, de temps en temps, en évoquant chez moi certaines similitudes avec Agatha Christie. En effet, je dois avouer que les démarches d’un enquêteur me fascinent. Dans ce contexte, j’ai eu le grand bonheur de tomber sur le journal de voyage d’Edouard de Tocqueville, frère aîné du plus célèbre Alexis. En 1824, Edouard, avec trois compagnons, a sillonné les îles britanniques : le document qu’il en a laissé est demeuré complètement inconnu des chercheurs. Ce manuscrit, détenu par les héritiers d’Edouard de Tocqueville, comporte 172 feuillets, accompagnés de 36 illustrations – lavis à la sépia. J’ai l’honneur d’avoir reçu l’autorisation de la famille Tocqueville de préparer la première édition de ce journal. Je suis fière de pouvoir annoncer que, grâce à l’aide de toute une équipe de collègues et amis, ce livre va sortir dans le deuxième semestre de 2020.

Cet ouvrage, qui n’a jamais été destiné à être publié, prend ses sources dans des dessins et des mots écrits, pour passer ensuite à un copiste, qui en fera une préfabrication de livre, avec des planches encadrées, mais sans arrière-pensée d’une éventuelle publication.

Il s’agit d’un voyage, dit « pittoresque », où Edouard de Tocqueville, refaisant en quelque sorte l’itinéraire de Charles Nodier et du baron Taylor en 1821, rend compte de ses impressions de voyage, bien avant l’avènement de la photographie, qui va mettre une fin brutale à ce genre d’exercice. Dans sa prochaine incarnation, notre texte virtuel mettra l’accent sur les images, lesquelles seront agencées selon le plaisir du lecteur, ce qui, j’espère, donnera à ce texte une nouvelle « afterlife » , dans le sens anglais du terme.

Pour clôturer ce discours, je veux rendre hommage aux anciens élèves du programme Mot et Image, partagés entre Paris, Dublin et Amsterdam, qui ont fait de belles carrières par la suite, soit dans l’enseignement, soit dans des musées ou dans des salles de vente. Il y en a une ici présente, Anne Brady, que je veux saluer tout particulièrement pour son studio de graphisme, Vermilion. Par cet intermédiaire, Anne Brady a ouvert de nouvelles perspectives de publicité à des organismes aussi variés, les uns et les autres, que le « Tube » de Londres et les universités et musées des îles britanniques. En 2012, on a rendu hommage à Anne Brady dans un recensement mondial des femmes graphistes.

Par ailleurs, l’on pourra désormais désigner l’année 2019 comme l’année des deux « Derval » : Derval Conroy, que j’ai eue comme élève au niveau de la Licence à Trinity College, Dublin, et qui, par la suite, a révolutionné notre compréhension de la femme et du pouvoir politique au dix-septième siècle français, dans son ouvrage, Ruling Women, publié en deux volumes, chez Palgrave Macmillan en 2016 ; et Derval Tubridy, ancienne étudiante en maîtrise, dont le livre, Samuel Beckett and the Language of Subjectivity, a été publié par Cambridge University Press en 2018. Toutes deux ont été honorées cette année : Derval Conroy, récemment élue à la Présidence de l’Association des études françaises et francophones d’Irlande (ADEFFI), souhaite monter une grande initiative en faveur des sciences humaines dans les îles britanniques ; Derval Tubridy, tout dernièrement nommée à une chaire à Goldsmiths, Université de Londres, a des ambitions du même ordre. Nous comptons sur elles pour nous guider dans ce domaine si prometteur.

Je vous remercie.

Barbara Wright”

 

Source : https://ie.ambafrance.org/Mme-Barbara-Wright-nommee-chevalier-de-la-Legion-d-honneur


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.