Yuan Chin-Taa, un monde en papier, histoires de papier

Expositions au musée des arts asiatiques de Nice du 27 juin au 6 octobre 2019 et au centre culturel Paroisse Saint-Pierre de Montmartre du 10 juillet au 1er août 2019 (vernissage 11 juillet à 19h). Commissariat: Christophe Comentale.

L’artiste

Né en 1949 dans la ville côtière de Changhua à Taiwan, Yuan Chin-Taa 袁金塔 est diplômé en 1975 du département des beaux-arts de l’Université normale de Taiwan, avant d’obtenir un Master de beaux-arts à la City University de New York. De retour chez lui, il développe une pratique artistique combinant l’utilisation de l’encre chinoise et une multitude de techniques. En parallèle, son parcours le mène vers l’enseignement, en tant que professeur à l’Université normale de Taiwan.

Son travail de peinture (à l’encre, à l’huile et acrylique) s’applique à de nombreux matériaux, parmi lesquels on trouve la photographie, le tissu, le papier journal, le bois, la céramique. Il explore plusieurs thèmes dans son œuvre, reflets de ses intérêts personnels: le réalisme nativiste, la conscience écologique, la réflexion sur la société, la culture de consommation.

Multiple et protéiforme au premier abord, l’œuvre de Yuan Chin-Taa présente plusieurs constantes fondamentales qui permettent d’en comprendre les origines et les problématiques. Non loin des considérations philosophiques occidentales, son travail se place entre Culture et Nature, entre artifice et spontané, entre ordre et chaos.

Les expositions

Le Musée départemental des Arts asiatiques de Nice et, en parallèle, le centre culturel Paroisse Saint-Pierre de Montmartre proposent une présentation inédite de l’œuvre de Yuan Chin-Taa.

La tradition de l’écrit est fondamentale pour Yuan Chin-Taa. Support de transmission et de construction sociale, le texte est en effet une dimension essentielle de la civilisation chinoise, des inscriptions oraculaires Shang (1600-1100 av. J.-C.) aux romans populaires Ming (1368-1644). Yuan Chin-Taa puise dans cette source intarissable des références qui font sens pour lui. Il n’est pas anodin qu’il ait choisi Le Classique des monts et des mers, Le Classique du thé, Le Traité de pharmacopée, Le Classique des vers comme supports artistiques et intellectuels. Cette inspiration se retrouve dans tous les aspects de son travail plastique : le papier, l’encre, l’impression, les livres-accordéons, même ses céramiques prennent la forme d’ouvrages mystérieusement fermés ou allègrement ouverts.

Ces productions sont des extensions évocatrices de l’univers que l’artiste s’est créé. Le monde dans lequel voyage l’inspiration de Yuan Chin-Taa est peuplé d’un bestiaire  chargé de sens. Dans la culture chinoise, coq, papillon, poisson, tigre et autres animaux sont chacun traditionnellement associés à une symbolique particulière. Mais l’artiste ne se contente pas de ces acquis culturels, il les détourne souvent dans ses peintures pour leur donner un sens personnel, tantôt esthétique, tantôt engagé. Les animaux de Yuan Chin-Taa constituent une horde à la fois belle et étrange, dans laquelle insectes et poissons dominent par leur nombre. Ils rappellent l’environnement où a grandi l’artiste, en particulier le poisson, qui symbolise son île natale. 

L’œuvre de Yuan Chin-Taa est à la fois profonde et accessible, pour les connaisseurs comme pour les néophytes. Bien que s’appuyant sur des références culturelles très précises que tout un chacun, du moins en Occident, n’est pas en mesure de décrypter, l’artiste attire et intrigue le regard par les formes, les supports et les motifs qu’il a choisis. Laissez-vous guider dans ce monde fait de papier et peuplé de mille et une créatures. 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.