“Du signe à la performance – La notation, une pensée en mouvement”

Parution d’un ouvrage dirigé par Véronique Alexandre Journeau, Zélia Chueke et Biliana Vassileva, L’Harmattan, collection “L’univers esthétique” (2019)

Deux présentations de l’ouvrage auront lieu prochainement:

– D’abord, le jeudi 20 juin vers midi à l’INHA (salle Demargne au RdC), au milieu d’une journée Langarts (annoncée sur le site Langarts).

– Ensuite, le mercredi 26 juin à 18h00 à l’espace Harmattan, 21 rue des Ecoles, Paris 5e.

À travers le temps et l’espace, les idées n’ont pas manqué pour noter les éléments guidant des performances musicales ou scéniques (airs, chorégraphies, spectacles…), afin de les initier ou de les perpétuer, pour les apprenants ou les interprètes, par les maîtres ou les créateurs. Que peut-on noter des sons, des gestes, des postures, des mouvements, des rythmes ? Comment noter une impulsion à donner, un effet à produire ? La visée de la notation est-elle d’être un aide-mémoire ou une explicitation détaillée ? Peut-elle n’être que suggestive ou doit-elle être prescriptive ? Quels types de signes a-t-on préféré ? Les façons de noter, et le sentiment de l’essentiel en vue de l’interprétation, varient selon les arts et les cultures ; les mettre en partage, c’est aussi permettre de comprendre quels signes − codifiés différemment ici ou là – servent de base à la transmission, l’apprentissage, la performance pour les interprètes / créateurs / théoriciens, d’apprécier en connaisseur les réalisations dans un art et/ou une culture autres que les siens et d’y retrouver des fondamentaux communs.

L’ouvrage Du signe à la performance – La notation, une pensée en mouvement a pour objectif de lever un coin du voile ‒ sans tout dévoiler ‒ afin de clarifier les orientations prises, les méthodes retenues, les signes mis en œuvre pour guider une performance. Il peut s’agir tout autant de la pré-tracer (création) que de la retracer (aide-mémoire, transmission), d’en restituer le mouvement (geste-tablature, geste dansé, geste en scène) que son résultat (positions, postures), sous la forme d’un simple schéma (en lien avec l’expérience empirique, l’improvisation), d’un canevas/grille ou encore de programmes de plus en plus élaborés (notations prescriptives, nouvelles technologies) ; y sont notées l’action menée ou à mener, la figure créée ou à créer, voire l’idée sous-jacente. Vingt-six articles sont ici regroupés selon huit rubriques qui témoignent, en un premier panorama interculturel qui ne prétend pas à l’exhaustivité, de la richesse de cette problématique, en inventivité comme en diversité.

Sommaire Du signe à la performance

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.