Le Nebelspalter dans la tourmente (1922-1953) – Culture visuelle et esthétique politique d’un périodique suisse

Le CEEI a le plaisir d’annoncer la nomination de Laurence Danguy, comme Chercheure senior FNS à l’Université de Lausanne.

Vous trouverez ci-dessous le projet de recherche financé par le FNS portant sur la revue satirique suisse le Nebelspalter

Nebelspalter 1930/19, couverture de Danioth.

Publiée de façon ininterrompue depuis 1875, le Nebelspalter, littéralement « (celui) qui fend le brouillard », est à présent la plus ancienne revue satirique au monde. De tout temps, et malgré une fortune changeante, son rayonnement a été considérable. Le périodique connait cependant des mutations qui en font un objet polymorphe, difficile à appréhender dans son entier. En 1922, la revue entame ainsi une deuxième phase de son existence. Le Nebelspalter, dont Ernst Löpfe-Benz reprend la direction après un demi-siècle de parution, est exsangue depuis la Première Guerre mondiale, et sa survie menacée. La nouvelle rédaction, désormais basée à Rorschach dans le canton de Saint-Gall, parvient à reconquérir un lectorat à l’aide d’une maquette épurée, de dessins incisifs, d’une forte implication dans les questions sociétales, d’un usage opportuniste du dialecte ainsi que d’une ligne éditoriale affirmée. Celle-ci est très agressive face au communisme, au fascisme et au nazisme, mais aussi à l’endroit des tentations hégémoniques des États-Unis. Cette stratégie, fondée sur un compromis entre rupture et continuité, est préservée jusqu’en 1953, où la revue bascule vers sa forme actuelle de magazine. À ce moment, le discours sur la guerre froide est calibré. Pendant toute cette période, le Nebelspalter s’assure une place singulière dans le champ culturel suisse, rivalise avec les grandes revues de l’espace germanique, participe à la circulation des modèles ainsi qu’à des réseaux électifs, et soutient un certain point de vue sur l’art.

 

Ce projet, financé par le Fonds national Suisse pour une durée de quatre ans (2019-2023), est mené avec Philippe Kaenel. Intégré au Centre des sciences historiques de la culture de l’Université de Lausanne, il prend la suite d’un premier projet FNS/Unil consacré à l’étude de la phase fondatrice (1875-1921), dont les résultats ont été synthétisés dans une monographie publiée chez Droz en 2018.

https://www.droz.org/france/fr/6928-9782600059121.html


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.