Journées interdisciplinaires de Josef Šíma les 3 et 4 juin 2019 : Résonances européennes du poétisme : peinture, poésie, musique

 

Lieu : Ambassade de la République tchèque, 15, avenue Charles Floquet, Paris 7e

Accompagné de concerts à Versailles et à Paris les 2, 3 et 4 juin 2019.

 

Organisé par le collectif aCROSS – Arts Création Recherche Outils Savoirs Synesthésies, le CRIMEL – EA 3311, Université de Reims Champagne-Ardenne, l’IReMus /CNRS/ BnFb – UMR 8223, Sorbonne Université, en coopération avec l’Ambassade de la République tchèque en France

“Cette année, nous commémorons le quinzième anniversaire de l’adhésion de la République tchèque et d’autres pays à l’Union européenne. Cet évènement institutionnel n’a fait que sceller les liens profonds de la culture et de la mentalité que notre histoire commune avait tissés à travers l’Europe et que des tempêtes politiques ne peuvent interrompre que temporairement.Ces liens ne peuvent pas se passer des personnes qui sont capables de fournir l’esprit européen à travers les divisions linguistiques et culturelles. Dans les relations franco-tchèques, nous avions eu un certain nombre de médiateurs pendant tout le siècle dernier, mais Josef Šíma était l’un des plus importants. Grâce à ses activités d’organisation, les Tchèques se sont familiarisés avec la culture française contemporaine et les Français avec la culture tchèque. Šíma lui a consacré toute sa vie, plusieurs années même en tant qu’employé de l’Ambassade tchécoslovaque en France.Šíma nous renvoie surtout à ses œuvres. Peu importe les écoles ou les mou-vements artistiques, il y cherche ce qui est l’essentiel pour l’homme en tant que tel. Ses peintures nous parlent d’une langue universelle que Šíma a acquise grâce à une connaissance authentique des profondeurs de notre être, mais aussi des expériences spécifiques qui l’avaient conduit à travers ce chemin de la connaissance profonde. L’universalisme enraciné de Šíma est différent de l’universalisme des discours et déclarations politiques. Mais il est d’autant plus honnête et peut-être plus viable que cet universalisme politique que nous sommes en train de perdre aujourd’hui.Si l’Europe ne veut pas perdre des substrats culturels et spirituels dont elle se nourrit et sans lesquels ses institutions politiques ne sont que des coquilles fragiles, elle aura toujours besoin d’intermédiaires qui savent nous connecter à travers l’image, la parole ou la musique. Comme le fait depuis de nombreuses années avec un enthousiasme énorme dans toute l’Europe Josef Šonský avec son Martinů Strings Prague.Je suis très heureux que nous ayons réussi à organiser plusieurs journées consacrées à la médiation artistique et musicale d’esprit européen avec une réflexion des chercheurs et des témoins et que l’Ambassade de la République tchèque puisse participer activement à cet évènement. Je tiens à remercier notamment Mme Lenka Stransky et le collectif aCROSS, la Sorbonne Université (IReMus/CNRS/BnF), l’Université Reims Champagne-Ardenne (CRIMEL), le Festival de Musique à Versailles, la ville de Versailles, l’Université Paris-Est (LISAA), l’équipe de recherche LangArts et le Théâtre Marigny.”

Petr Drulák, Ambassadeur de la République tchèque en France, Délégué permanent auprès l’UNESCO

Programme ici :

https://www.mzv.cz/paris/fr/republique_tcheque_france/culture/actualites_2/invitation_conference_des_journees.html

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.