Iliazd: Displacement and Display / Déplacements et déploiements : la poésie, le livre et l’outre-frontière (colloque, Paris, 6-7 juin 2019)



Le 6 juin : 4, rue de Chevreuse, 75006 Paris , de 9h à 18h

Displacement and Display: The Ongoing Revolutions of Ilia Zdanevich

An international conference with: Régis Gayraud, Tatiana Nikolskaïa, Nana Shervashidze, Regina Kühn, Sergey Kudriavtsev, Thomas Kitson, Johanna Drucker
Convened by Thomas Kitson and Valentina Izmirlieva

“Iliazd: Displacement and Display” brings together experts from various fields to shed light on the ways Ilia Zdanevich’s work and legacy have been both constrained and abetted by his life’s trajectory from Tbilisi and Petersburg through Istanbul to a stateless existence in Paris. How did Iliazd’s movement across political, linguistic, and cultural boundaries affect his tendency to manipulate conventions and straddle disciplines? How did Iliazd’s lifelong guiding artistic principle, всёчество (everythingism, toutisme), help him confront experiences of social and geographic displacement and how, in turn, did those experiences alter his notion of всёчество and the art he made? Finally, we hope the day’s discussions will reflect on how the organization of disciplines and institutions, both within and without academia, has affected reception of Zdanevich and other transnational figures who might be termed “disciplinary refugees.”

A second conference (in French) will be held at the Bibliothèque nationale de France, Site François Mitterand on June 7, 2019. CLICK HERE FOR THE FULL PROGRAM


This conference is part of “Displacement and Display: The Ongoing Revolutions of Ilia Zdanevich,” a Global Humanities project led by Valentina Izmirlieva and sponsored by the Office of the Dean of Humanities at Columbia University. “Displacement and Display: The Ongoing Revolutions of Ilia Zdanevich” focuses on the life, work, and reception of the Georgian-born Russian avant-garde propagandist and poet who, under the name Iliazd, spectacularly remade the phenomenon of livre d’artiste in mid-century Paris and engaged the major visual artists of his time. The stateless Zdanevich, keenly attuned to the contingencies of his own existence at society’s margins, has subsequently been a “disciplinary refugee,” sitting just outside the frame of any particular discipline’s ideally constituted object. An international workshop to be held at Columbia Global Centers / Paris will provide an opportunity to illuminate disciplinary, political, and institutional factors that influence the way such transnational figures are studied and how they challenge us to deploy new configurations of the institutions and practices that support research in the humanities. This project grows from the PGIF initiative Black Sea Networks and contributes to its research stream on the transit of refugees through the Black Sea and Istanbul after the Russian Civil War.

Le 7 juin : Bibliothèque nationale de France, Site François-Mitterrand | Salle de conférence n° 7 9h30 à 12h30

Déplacements et déploiements: la poésie, le livre et l’outre-frontière

“Dans cette traversée d’Iliazd, des trajets multiples se croisent, des chemins s’ouvrent sur des noms oubliés, des mots inconnus, des textes enfouis, et devenus obscurs, des pages enluminées de paysages divers et de portraits inoubliables, des planches lumineuses, des terres découvertes puis perdues dans les strates de l’histoire, des architectures classiques ou baroques, une passion du livre, un engouement pour le texte et sa genèse, un penchant pour les matières et les cou-leurs, une obsession de la rigueur et de l’exactitude autant que des sons tendres et mouillés du iou. Le iou, cette diphtongue de l’alphabet cyrillique dont il a usé et abusé dans son dra L’Âne à louer, où l’auteur avoue avoir atteint un record de tendresse. Ce iou pourrait bien être la parcelle infinitésimale, symbole de ce tendre amour d’Iliazd pour le LIVRE qui le conduisit toute sa vie vers des contrées inconnues et dont il ap-prit toutes les langues. “

©Françoise Le Gris (inédit)

Jean-Marc Chatelain – Directeur de la Réserve des livres rares, BnF. Paris: Accueil et Présentation du Fonds Iliazd de la Réserve des livres rares à la BnF

Liana Dimitrieva – Saint-Pétersbourg, Russie: Ilia Zdanévitch et la performance dada

Marika Genty – Direction du Patrimoine CHANEL. Paris: Au fil des mots

André Markowicz – Rennes, France: Traduire la poésie d’Iliazd ou le temps circulaire

Françoise Le Gris – Montréal, Canada : En deçà et au-delà de Poésie de mots inconnus, œuvre charnière du Degré 41

12h30 à 14h30 : Pause

14h30 à 17h00

Sophie Lesiewicz – Paris[…] dans la blancheur de l’étendue majorée (du Bouchet) : Ajournement ou la leçon de blanc d’Iliazd

David Sume – Montréal, Canada: Iliazd and the architecture of the book: a structural comparison of four of his editions

Antoine Perriol – Châteauroux, France L’infortune des filles de joye d’Adrien de Monluc, ten-tative de reconstitution du livre inachevé d’Iliazd et de François Arnal, 1964-1973

Boris Fridman – Moscou et BostonIliazd, as unique publisher of XXth century

CLÔTURE – SÉANCE PLÉNIÈRE

AUTRES PARTICIPATIONS

Guéla Tsouladze et Karaman Kutateladze, petit-fils de Kirill Zdanévitch, Tbilissi, Géorgie: Présentation du projet de Centre d’art contemporain Iliazd à Tbilissi et de la Fondation des Frères Zdanévitch

Stanislav Dorochenkov – Réalisateur. Moscou : Projections d’extraits de films et documents sur et autour d’Iliazd

Brigitte Rax – Réalisation des Carnets de l’Iliazd-Club. France

VISITE PAR GROUPES DE LA PRÉSENTATION DE LIVRES ET DOCUMENTS DU FONDS ILIAZD EN SALLE VAN PRAET

« Un livre illustré d’Iliazd est œuvre d’art autonome au même titre qu’un tableau, une sculpture, un mo-nument, un film. Et de cette oeuvre d’art, Iliazd est sans conteste possible, le vrai, le seul créateur. Un livre illustré par X… ou par Y… est d’abord un livre de Miró ou d’André du Bouchet avant d’être un livre d’X… ou d’Y… : un livre édité par Iliazd est un livre d’Iliazd et non pas un livre de Picasso, de Miró ou de Max Ernst. Picasso, Miró, Max Ernst participent à cette oeuvre – et de la manière royale que l’on sait – mais ils n’en sont pas les auteurs. Ils y participent comme participaient à la cathédrale de Reims ou de Millau le tailleur de pierre ou le maître verrier, comme participent de nos jours le chef opérateur, le musi-cien, l’architecte décorateur au film d’Orson Welles ou de René Clair. »

Louis Barnier, in Bulletin du Bibliophile. 1974-II

https://globalcenters.columbia.edu/events/iliazd-displacement-and-display

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.