Les caractères chinois du Japon étaient européens – Essor de la typographie japonaise à la fin du XIXe siècle –

Jeudi 18 avril 2019, 14h-16h
 
Emilie RIGAUD  ( Atelier National de Recherche Typographique ANRT)

Les caractères chinois du Japon étaient européens 

– Essor de la typographie japonaise à la fin du XIXe siècle –
 
Intervention dans le cadre du séminaire de Michela Bussotti (EFEO-UMR CCJ) Histoire culturelle de la Chine (XVe siècle-XIXe siècle) : savoirs et techniques typographiques
EHESS, salle AS1_24, 54 bd Raspail, 75006 Paris
 
 
Pendant une longue période de  deux-cent cinquante ans, la typographie resta marginale au Japon. Puis soudain, avec les bouleversements de l’ère Meiji, la ville de Nagasaki vit paraître les caractères mobiles qui allaient se répandre de façon rapide dans tout le pays. Un missionnaire américain résidant à Shanghai, William Gamble, fut invité à Nagasaki par Motogi Shōzō (1824-1875). Pendant un séjour de trois mois, il enseigna à Motogi la méthode de fabrication des matrices par empreinte de caractères en bois.  Par la suite, Motogi fut à l’initiative de la première fonderie de caractères du Japon, la fonderie Tsukiji, qui fournit les caractères nécessaires à l’impression des premiers journaux quotidiens japonais.

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.