[Expo] Yuan Chin-taa, installations de papier ou céramique au musée Louis Vouland à Avignon


Expositions 2019 en France : Avignon (16 février-2 juin 2019), puis Nice et Paris

En 2019, l’artiste contemporain Yuan Chin-taa, figure majeure de la scène artistique taïwanaise, est accueilli à Avignon au musée Louis Vouland de février à juin, au centre culturel de Saint Pierre de Montmartre à Paris en juillet puis au musée des Arts asiatiques de Nice au second semestre.

Ce plasticien, à la fois fabricant de papier et céramiste, crée des installations qui sont des fresques historiques ou des satires sociales déclinées avec érudition et humour.

En 2017, le public occidental a déjà pu découvrir en France l’œuvre originale d’Yuan Chin-taa grâce à une exposition itinérante. Après avoir été invité d’honneur au salon international du livre d’artiste Pages en mai à Paris, il a été exposé au musée Marcel Sahut de Volvic, puis au musée chinois du quotidien (OMDP) de Lodève.

Au Musée Vouland

du 16 février au 2 juin 2019

Repères

Né en 1949 dans la ville côtière de Zhenghua à Taiwan, Yuan Chin-taa sort major de sa promotion du Département des Beaux-arts de l’Université normale de Taiwan en 1975. Nommé professeur, il choisit de poursuivre sa formation aux Etats-Unis, et obtient un Master spécialité Beaux-arts à la City University de New York. A son retour à Taiwan, il mène en parallèle ses activités de créateur et d’enseignant au Département des beaux-arts de l’Université normale de Taiwan dont il aura la direction.

Jusqu’aux années 90, il peint essentiellement des paysages traditionnels de Taiwan, au lavis, puis des scènes de rue inscrite dans le monde rural de sa jeunesse (1990-2000). Des créatures nées de la mythologie locale surgissent et montrent son intérêt pour l’art populaire.

Dans les années 90-95, il réalise des œuvres sur panneaux de céramique (années 90-95) propices à la satire sociale, notamment sur la corruption des magistrats.

Au début des années 2000, ses livres-objets en céramique forment des installations polychromes qui rappellent l’impact de la civilisation chinoise traditionnelle dans un jeu de transposition.

Les livres d’artiste en papier, des carnets-accordéons apparaissent vers 2010. Ils tiennent aujourd’hui une place majeure dans son œuvre, déclinés en de vastes installations de papiers qu’il produit lui-même. Les sujets sont des grands classiques chinois. Du Classique des monts et des mers avec ses animaux aux formes bizarres, au Classique du thé à partir duquel il permet des installations – cabinet de curiosités, avec de gros cubes en papiers épais fabriqués à la main  sur lesquels Yuan peint, grave, moule des théières  et des bols étonnants, très éloignés de leurs vocations utilitaires. Le Traité de plantes médicinales, un traité sur les médicaments traditionnels de la pharmacopée issus de plantes, animaux – hippocampe, tortue… -, et minéraux, qui surprennent et ouvrent des champs imaginaires.

Affaires autour du Classique du thé (2014), technique mixte (papier, lavis, gaufrage)

Li sao (2018, prototype, atlier de l’artiste)

Des installations anciennes aux nouvelles

Yuan Chin-taa prépare pour les expositions de 2019 un cycle relatif au Li sao (Tristesse de la séparation), composé par le poète Qu Yuan (343-290 av. notre ère) qui vit durant la période dite des Royaumes combattants.

Dans ce poème de trois cent soixante-douze vers, le premier des poèmes conservés dans les Chants ou Elégies de Chu – et qui en est considéré comme le chef-d’œuvre -, le poète commence par parler de lui-même avant de décrire son errance à travers le pays, un peu à la manière du Songe de Poliphile (Venise, éd. aldines, 1499) à la Renaissance italienne, un de ces parcours initiatiques où la recherche d’un idéal et le sentiment amoureux se mêlent pour donner une saveur particulière au récit.

En parallèle à cette œuvre, une succession de multiples, une suite de cactus calligraphiques imprimés aux vertus prophylactiques : une nouvelle façon de regarder des estampes.

Le tout est revu d’un œil critique et empreint d’une sensualité pleine d’humour (Christophe Comentale).

Le Musée Louis Vouland

Ce musée-demeure géré par la Fondation Louis Vouland a ouvert en 1982 dans l’hôtel particulier du collectionneur Louis Vouland (1883-1973) au cœur d’Avignon. Cet industriel de l’agro-alimentaire avait développé son entreprise localement, mais aussi dans le Sud Ouest de la France, le bassin parisien, et à Madagascar. Passionné par les arts décoratifs des XVIIe et XVIIIe siècles, il a montré  aussi un intérêt pour l’art chinois et pour l’art de la région d’Avignon, Provence et Languedoc.

Les expositions temporaires créent des dialogues avec les collections permanentes qui ont la vertu d’en révéler de nouvelles dimensions.

Renvoi bibliographique

Yuan Chin-taa, lavis, livres d’artiste et installations de papier : 袁金塔法国二零一七年巡回展. Paris : Editions du Fenouil, 2017. 247 p. : ill. Textes en français, anglais et chinois. Catalogue des expositions de Yuan Chin-taa en France en 2017.

A paraître en février : Album des expositions Yuan Chin-taa  2019 en France (Paris : Editions du Fenouil)

Informations pratiques

17 rue Victor Hugo 84 000 Avignon T. 00 33(0)4 90 86 03 79

musee.vouland@wanadoo.fr  –  www.vouland.com

« L’art est un jeu »

Ouvert du mardi au dimanche de 14h à 18h




Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.