Conférence d’Olivier Nineuil : La typographie et son écosystème

La prochaine séance du cycle de conférences « La lettre et la ligne » aura lieu le mardi 05 mars 2019 à l’INHA, en salle Mariette, de 13h à 15h30. Nous y accueillerons Olivier Nineuil (Typofacto), sur le thème « La typographie et son écosystème ». La discussion sera animée par Karine Bouchy (UMR Thalim).

 

Présentation de la conférence par Olivier Nineuil : 

“Mon métier principal consiste à dessiner des polices de caractères typographiques et plus particulièrement des typographies de commande, créées sur mesure pour des auteurs, des éditeurs ou des entreprises. Donner à voir – autant qu’à lire – et exercer un attrait singulier qui deviendra reconnaissable. Voilà le genre de projets minuscules mais périlleux que je mène depuis maintenant 35 ans ! Dans ce cadre, la contrainte de répondre à des cahiers des charges singuliers m’a familiarisé avec les pratiques expressives de la typographie et plus globalement, avec la mécanique narrative de « l’image du texte », bien au-delà du seul dessin des caractères. La « livrée graphique », comme le dit Emmanuël Souchier dans L’image du texte pour une théorie de l’énonciation éditoriale.

Au fil du temps – pour aiguiser ma perception – je me suis constitué un « observatoire des écritures », riche de plus de 100.000 documents dans lesquels « l’image du texte » joue un rôle expressif marquant et exemplaire (couverture de livre, affiche, presse, magazine, publicité, signalétique, logotype, packaging, enseigne, création artistique, histoire de l’écriture, littérature, théâtre, poésie…). Un corpus volontairement très éclectique.

Confronté à un grand nombre de documents, j’ai organisé cette documentation dans une base de données interactive, constituée d’un premier corpus de 5.000 documents enrichis par quelques 4.000 mots-clés. En procédant au tri et la mise en corrélation de ces documents, j’ai pu commencer à caractériser les procédés narratifs mis en œuvre (…bien plus nombreux et inattendus que ceux identifiés dans ma pratique de dessinateur !) et ébaucher une nouvelle classification des caractères typographiques fondée sur leur écosystème d’usage. Peu à peu, m’est apparue la possibilité – le rêve – de préfigurer une sorte de rhétorique de « l’image du texte » dans laquelle on re-découvre que la typographie ne peut exister isolément, désolidarisée de son environnement.
Avant la publication prochaine de mes travaux, je propose de partager avec vous ma base de données et mes observations. Là où elles en seront le 5 mars prochain !”

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.