[soutenance] Sophie Lesiewicz, Le « livre (typo)graphique », 1890 à nos jours

Avis de Soutenance

Sophie LESIEWICZ

histoire, histoire de l’art et archéologie

Soutiendra publiquement ses travaux de thèse intitulés

Le « livre (typo)graphique », 1890 à nos jours : un objet littéraire et éditorial innommé. Identification critique et pratique

dirigés par Jean-Yves MOLLIER

Soutenance prévue le jeudi 17 janvier 2019 à 14h00
Lieu :   Ecole Estienne, 18 Boulevard Auguste Blanqui, 75013 Paris, Amphi Charlie b01

Mots-clés : Histoire du livre, Littérature française XIXe-XXIe, Sémiologie du texte etde l’image, Livres d’artiste, Typographie, Spatialisation textuelle

Composition du jury

M. Jean-Yves MOLLIER (Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines) : Directeur de thèse

Mme Catherine  DE SMET (Université Paris 8) : Rapporteur

M. Emmanuel SOUCHIER (CELSA) : Rapporteur

Mme Elizabeth PARINET (Ecole nationale des Chartes) : Examinateur

M. Serge LINARèS (Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines) : Examinateur

M. Michael CAINE (Ecole Estienne) : Invité

 

Résumé :  
Cette thèse a pour origine le constat de la non prise en charge des ouvrages se caractérisant par leur seule iconicité scripturale en histoire du livre et de l’édition ainsi que de l’absence de définition d’une catégorie les regroupant aussi bien dans cette discipline qu’en littérature, histoire du graphisme, sémiotique ou histoire de l’art. Notre première hypothèse est que cette catégorie correspond au « livre graphique ». C’est par les littéraires, soit dans une approche par auteur, soit à travers l’étude de la poésie visuelle, que certains de ses ouvrages ont été abordés, avec les lacunes inhérentes à la discipline. Il nous a donc semblé essentiel d’adopter un point de vue pluridisciplinaire, en insistant sur l’histoire des techniques. Cette exigence nous a permis de distinguer au sein du « livre graphique », le livre (typo)graphique, au côté du livre (calli)graphique, (dactylo)graphique, etc., et de choisir de nous consacrer à la première sous-catégorie, afin de défendre notre deuxième hypothèse : le sursaut de la création typographique, réaction à son industrialisation de la fin du XIXe siècle jusqu’aux années 1980. Auxincunabula typographiae répondrait donc cinq siècles plus tard un livre(typo)graphique comme « ultima typographiae ». La première partie consiste en une identification théorique du livre (typo)graphique. Une enquête historiographique analyse les barrières épistémologiques à la considération critique de notre objet tout en dégageant nos outils conceptuels : les thèses de Johanna Drucker et d’Anne-Marie Christin. Suivent une histoire du livre(typo)graphique puis la définition d’un ensemble de traits génériques et typologiques. La deuxième partie consiste dans la recherche des producteurs de livres (typo)graphiques par le prisme des auteurs. Le premier chapitre se fonde sur l’histoire littéraire, et procède donc par mouvement. Cette méthode présente toutefois deux écueils. D’abord, la spécificité de l’objet d’étude -le livre et non pas le texte graphique – implique une approche technique mais aussi génétique sur le plan éditorial que favoriserait plutôt un biais par éditeur. D’autre part, il ressort qu’un certain nombre d’auteurs de livres(typo)graphiques n’ont paradoxalement pas été retenus par ce premier tamis.Ceci nous permet d’énoncer deux nouvelles hypothèses. Premièrement, le livre(typo)graphique semble aussi caractéristique d’auteurs impliqués dans le discours sur l’art et l’évolution de l’appropriation de ce dernier par les poètes, une des causes du développement de notre objet. Il s’agit donc dans le deuxième chapitre de mettre en évidence le fil rouge reliant les productions de Claudel, Segalen, du Bouchet et Tardieu pour conclure au caractère d’« appropriation » littéraire de procédés picturaux de leurs livres(typo)graphiques. Deuxièmement, nous proposons une équivalence entre le livre(typo)graphique de ces auteurs et la « peinture lettrée », en nous fondant sur leurs textes critiques et transpositions d’art et sur la dernière thèse d’A.-M. Christin. Au terme de la deuxième partie, il ressort que la grande majorité des livres (typo)graphiques identifiés n’a pas été embrassée. La troisième partie consiste dans un balayage par le biais des éditeurs. Un résultat beaucoup plus fructueux permet de proposer une cinquième hypothèse :le livre (typo)graphique est principalement un livre d’éditeur. Le premier chapitre met en avant cinq évolutions de ce producteur de 1890 aux années 1980.Dans le dernier chapitre, nous nous penchons sur la production du «poète-typographe ». On établira un lien de causalité entre la maîtrise totale de la chaine de production de cet ouvrier-homme de lettre, et le fait qu’il soit le plus important contributeur de livres (typo)graphiques. Parvenue à son terme, cette thèse vise à constituer une contre-histoire du livre illustré ou un complément à celle du livre de création.

Cette thèse, commencée en Histoire et sémiologie du texte et de l’image avec Anne-Marie Christin, dont c’était la dernière direction, s’est poursuivie sous la direction de Jean-Yves Mollier. Elle sera soutenue en Histoire, histoire de l’art et archéologie.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.