Pierres à encre – Collection Yang Ermin [Exposition au musée des arts asiatiques de Nice]


À partir du 15/12/2018 jusqu’en avril 2019. Commissariat : Adrien Bossard et Christophe Comentale.

 http://www.arts-asiatiques.com/fr/accueil/actualite/actualite/?actu_id=97

Yang Ermin 杨佴旻, éminent représentant du lavis polychrome contemporain chinois, rénove la peinture à l’encre en mettant l’accent sur la couleur. Ce peintre-poète né en 1971, formé à Nankin, puis au Japon, renoue ainsi avec les fresques de Dunhuang ou les paysages à la manière « bleu et vert » des Tang. Grâce au médium qu’est la peinture à l’encre et au lavis, mais aussi par l’intermédiaire d’une collection de pierres à encre qui lui tient à cœur, il tisse des liens étroits avec les maîtres du passé. Dans la Chine classique, les peintres calligraphes aimaient en effet à s’entourer d’un certain nombre d’objets qui avaient une valeur pratique ou esthétique, au premier rang desquels figuraient les quatre ustensiles qualifiés de « trésors du cabinet du lettré » : le pinceau, l’encre, le papier et la pierre à encre. Cette dernière a toujours été particulièrement prisée parce qu’elle était la compagne la plus fidèle, le seul témoin des temps passés, qui ne s’use pas comme l’encre ou le pinceau. Une exposition à Lodève en 2014, une autre en 2016 à la mairie du 12e à Paris avaient déjà permis de mesurer l’intérêt de ce peintre pour les natures mortes et pour l’objet, motif central de ses peintures aux vibrantes couleurs évoquant tout autant Lin Fengmian (1900-1991) qu’Édouard Vuillard (1868-1940), et qui ne le cèdent en rien face à Wu Guanzhong (1919-2010) ou Pierre Bonnard (1867-1947). L’objet y apparaissait également sous forme de sculptures en bronze fructiformes à vocation propitiatoire, qui n’avaient pas manqué d’intriguer par leur aspect inédit le commissaire des deux expositions, Christophe Comentale, conservateur en chef au Musée de l’homme et remarquable découvreur de chefs-d’œuvre chinois, telle cette étrange boule hérissée de piquants intitulée Fruit interdit ou durion (2012). Dans la continuité de ces expositions, Christophe Comentale a également présenté en 2018 au Musée des arts asiatiques de Toulon, puis à présent au Musée des arts asiatiques de Nice, un florilège de la riche collection de pierres à encre de Yang Ermin afin de donner un aperçu, cette fois, des talents de collectionneur de ce dernier. En examinant quelques-unes des huit cents pièces qu’il a acquises au fil des ans et qui couvrent une période allant du Néolithique aux débuts de la République (1912), nous essaierons de mieux appréhender l’univers du lettré tel que le conçoit Yang Ermin, qui affirme ainsi pleinement son statut d’homme de goût et de culture.


 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.