L’instant et l’essence de l’inspiration à la croisée des arts et des cultures

Colloque international. Mercredi 27, jeudi 28 et vendredi 29 juin 2018
Lieu : INHA

Le concept d’inspiration est étudié en Occident depuis l’Antiquité (cf. Marianne Massin, La pensée vive, qui traite l’histoire du concept dans la création philosophique et littéraire ‒ mais de façon restreinte à l’Occident et sans ouverture aux autres arts). En Asie, l’inspiration n’a pas été conceptualisée en tant que telle : il y est plutôt question de sensation, d’intuition, d’éveil subit. En Chine et en Corée, bien qu’il soit fait référence à des facteurs déclenchants ‒ du type, en sciences, « pomme de Newton » ou « baignoire d’Archimède » ou, en arts, par exemple Zhang Xu, calligraphe des Tang, qui trouve un nouveau style, la cursive folle, au spectacle d’une danse au sabre ‒ tout acte de création est d’abord considéré comme produit du souffle vital et de l’imprégnation. Au
Japon, l’accent est mis sur la tradition secrète et le processus artistique (quel que soit l’art) fait appel à l’expérience non dite et à la réceptivité (posture en seiza, kata, cf. Hiroyuki Noguchi). En Inde, la méditation et la
visualisation mentale des formes de la divinité précèdent et favorisent la réalisation des images…

Que l’inspiration résulte d’une préparation consciente (valeur du temps), de l’attente, de la prédisposition à son déclenchement, ou d’une fulgurance tangentielle émanant de la rencontre entre l’intériorité de l’artiste et une extériorité, on en cherchera les manifestations, les occurrences, les conditions d’émergence et la façon dont elle se déploie dans le cas où cette extériorité est un autre art ou une autre culture. Ce qui donne son titre au colloque : Instant et essence de l’inspiration à la croisée des arts et des cultures. Il s’agit d’analyser le mystère de cet instant, en ayant conscience que « toutes les tentatives d’explication psychologique de la création ‒ avant tout de la création artistique ‒ sont en un sens vaines, en un sens nécessaires » (Maldiney, Art et existence, p. 36). Pour décrire ce moment imprévisible de franchissement d’une « faille », le « saut » qui s’accomplit entre deux « bords » (ibid.), par persévérance ou fente-déchirure dans les nuages (laissant passer l’éclair ou entrevoir le soleil), on s’appuiera sur les écrits tels que considérations philosophiques, témoignages d’artistes, paratextes, traces dans l’œuvre… (cf. Jankélévitch, Debussy ou le mystère de l’instant ou Sikong Tu, 缜密 Fin secret, 14e de ses 24 poèmes sur l’art poétique) et les relations d’expérience empirique (André Labarthe à propos de « Tapiès, Barcelone », 1982).

Programme du Colloque international LangArts 2018

Co-organisé – en partenariat interdisciplinaire, interculturel et interuniversitaire – par les centres de recherche IReMus (CNRS/Sorbonne université, BnF et Ministère de la culture), Creops (Sorbonne université), CERC (Sorbonne nouvelle Paris 3), CEAC
(EA 3587, Université Charles de Gaulle Lille 3, IAO (Université Lumière Lyon 2/CNRS/ENS Lyon) et AAP (Université Rennes 2) et l’AIDIAA (audiovisuel).

 

Consulter l’affiche programme du Colloque Langarts 2018


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.