[Publication et exposition] Parution en français du roman “D’un karma l’autre” (2016) de Yang Zhipeng aux Éditions René Viénet & exposition de peintures chinoises jusqu’au 10 mars 2024 : vernissage le 7 mars à 18h30

A la Galerie Gallix, 5 rue Pierre Sémart, 75009 Paris, le 7 mars 2024 à 18h30, en présence

  • de l’auteur, Yang Zhipeng
  • du traducteur, Marc Raimbourg
  • de l’éditeur de l’ouvrage en chinois, Xing An
  • de l’éditeur de l’ouvrage traduit en français, René Viénet

Le roman D’un karma l’autre (百年密意) traduit en français est illustré par Zhou Yuguang 周宇光, peintre vivant à Nanchang.

Le vernissage sera accompagné d’une exposition de peintures de Xing An 兴安 , né en Mongolie intérieure, éditeur à à Zuojia chubanshe (Pékin). A la fois écrivain et artiste, Xing An pratique une peinture traditionnelle de style « méticuleux » (gongbi) à la saveur subtilement moderne. Il a édité le roman de Yang Zhipeng et le dernier roman de Boris Vian achevé par l’Oulipo (On n’y échappe pas) et traduit en chinois par Du Liyan 杜立言.

Des peintures à l’encre d’Hermine Roumilhac 艾米, journaliste à RFI, seront également exposées.

  

Xing An, Vie et mort (2023) et En nourrissant le cheval (2023)

Hermine Roumilhac, Sans titre, 2024  (deux oeuvres)

 

Brève présentation du roman et de l’auteur

L’auteur :

Yang Zhipeng 杨志鹏 (né en 1955) est originaire de Hanzhong (district de Yang, province du Shaanxi). Il est membre de l’Association des écrivains chinois. En 1974, il s’engage dans l’armée, au Qinghai. C’est là qu’il découvre le bouddhisme. En 1986, il quitte l’armée pour le monde des médias. Il dirige des journaux et des magazines d’abord au sein du département de la Culture de la province du Qinghai, puis dans la zone de développement de Qingdao. Il entame sa carrière littéraire en 1981. Il publie de nombreux romans, dont les deux plus récents s’intitulent respectivement Souvenirs de 2020 : Covid 2019 (2020) et Ode à la rivière Han (2023). En 1995, il organise à Qingdao une exposition de peintures sur porcelaine réalisées par des centaines d’artistes chinois, qui a un certain retentissement en Chine et à l’étranger. En 1998, il se convertit au bouddhisme, qu’il pratique avec assiduité.

Le roman :

Wang Dongming, fils de paysan issu d’une famille pauvre, diplômé de l’université, tombe dans un piège : en aidant le marchand Dong Shikang à fabriquer un faux, il se fait condamner à cinq ans de prison. A sa sortie, il reçoit 500 000 yuans de son patron et se rend dans la ville côtière de Dongshan, où il gagne 30 millions de yuans en spéculant dans l’immobilier pendant dix ans. Après avoir rencontré par hasard Wu Yanli sa petite amie perdue de vue, il est sur le point de réaliser son rêve de devenir milliardaire et d’épouser la femme dont il était amoureux adolescent. Wang Dongming expérimente plusieurs réincarnations : entre travail et richesse, vie dépravée et raisonnable, amour et rancune, rêve et réalité, comment s’en sortir indemne ? Le thème principal du roman est le suivant : le dilemme entre les tentations du monde et la libération par la lumière. Un vieux moine âgé de cent ans éclairera Wang Dongming: “Obéir à ses désirs, c’est aller vers l’obscurité; aller contre ses désirs, c’est la lumière, et la lumière, c’est le coeur, et le coeur, c’est la Prjana, et la Prajna, c’est la grande sagesse.” Bien que promouvant la notion de bien et de karma, ce roman à l’écriture réaliste offre une description précise de la société contemporaine. Les nombreuses activités évoquées dans le roman, la collecte d’objets culturels, la peinture sur porcelaine, la planification, le marketing, l’administration, les opérations immobilières correspondent à des expériences vécues par l’auteur.

Ce qu’on dit des romans de Yang Zhipeng :

« Lire ses œuvres, c’est communiquer avec un noble ami. Il aborde directement les nombreux travers de la société contemporaine, mais à l’abri de la poussière et de la clameur du monde, ce qui nous permet de voir la vérité de la vie, de nous sentir détendus, ouverts d’esprit, tolérants et heureux, et de retrouver des fondements spirituels que nous avons perdus depuis si longtemps. De tels écrivains et de telles œuvres sont rares. » (Chen Zhongshi)

 



Citer ce billet
Marie Laureillard (2024, 27 février). [Publication et exposition] Parution en français du roman “D’un karma l’autre” (2016) de Yang Zhipeng aux Éditions René Viénet & exposition de peintures chinoises jusqu’au 10 mars 2024 : vernissage le 7 mars à 18h30. CEEI. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwvj

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search