[conf.] L. Danguy – Le motif de la liseuse dans l’image populaire européenne fin de siècle

La prochaine conférence du CEEI aura lieu le mercredi 10 janvier 2018, de 10h30 à 12h à l’INHA (6, rue des Petits Champs – 75002, salle Peiresc).

Nous accueillerons Laurence Danguy sur le thème:

Le motif de la liseuse dans l’image populaire européenne fin de siècle

ou de la compétition entre les lettres et les arts

 

Motif pictural lié à Vermeer, la liseuse s’affiche longtemps dans une peinture de genre qui s’érotise au cours du XVIIIe siècle. La liseuse infléchit alors une tradition picturale de femmes lisant la Bible, remplacée par un roman ou une lettre. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, le motif se modernise, et l’on voit des femmes lisant un journal, voire un illustré. Les dessinateurs de la fin du XIXe siècle s’emparent dans toute l’Europe de ce motif un peu délaissé, et la liseuse apparaît désormais sur de nombreuses couvertures et affiches, prétextes à une mise en abyme et une nouvelle érotisation. Cette liseuse, passée du côté de l’image populaire, écorne assez systématiquement ses référents séculiers et religieux. Surtout, elle orchestre une compétition entre les lettres et les arts.

___

Laurence Danguy, docteur de l’EHESS et de l’Université de Constance, est chargée de conférences à l’Ehess. Ses recherches actuelles portent sur l’image populaire, les revues illustrées européennes ainsi que l’art religieux et sacré. Sa thèse de doctorat a paru sous le titre L’Ange de la jeunesse – La revue « Jugend » et le Jugendstil munichois (Éditions de la MSH, coll. « Philia », 2009). Elle a co-édité plusieurs ouvrages et est l’auteure de nombreux articles. Sa monographie Le « Nebelspalter » zurichois (1875/1921). Au cœur de l’Europe des revues et des arts paraîtra chez Droz en 2018.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.