[parution] Feng Zikai, un caricaturiste lyrique : dialogue du mot et du trait

Vient de paraître : Marie Laureillard, « Feng Zikai, un caricaturiste lyrique: dialogue du mot et du trait », Paris : L’Harmattan, coll. « L’univers esthétique », 2017.

Avec une postface de Danielle Elisseeff.

Caricaturiste, auteur de bandes dessinées, peintre, illustrateur, Feng Zikai (1898-1975) pose face à face le mot et le trait. Considéré comme l’inventeur d’un genre artistique nouveau, le manhua, néologisme chinois emprunté au japonais (manga) dans les années 1920, il demeure profondément attaché à l’héritage de l’encre et du pinceau du lettré, même si son éclectisme l’ouvre à diverses sources d’influence, nationales comme étrangères, classiques comme modernes. Grand amateur de poésie, il élabore une caricature au style sobre et naïf, empreinte de lyrisme et d’humour, inspirée de modèles occidentaux et japonais et à laquelle il confère une identité chinoise. Il est aussi un écrivain, auteur d’essais sur l’art et de nombreux récits sur le quotidien qui créent un dialogue continu avec ses manhua.

En cette période troublée de l’histoire de Chine qu’est l’époque républicaine (1911-1949), durant ses vingt-cinq premières années de création, Feng Zikai transmet une philosophie de vie marquée par le bouddhisme, mais aussi par un idéal de naturel et de spontanéité qui plonge ses racines dans le taoïsme. Non par refus de la réalité mais au contraire pour mieux l’affronter, il s’efforce d’adopter le regard d’un enfant, artiste né, qui « regarde les fleurs en souriant, entend la langue des oiseaux, invite la lune à boire avec lui et ouvre sa porte pour accueillir les nuages ».

 

Rendez-vous signatures-dédicaces

le samedi 23 décembre à 15h, Espace L’Harmattan, 21 bis rue des Écoles, 75005 Paris, autour de publications récentes sous l’égide de Langarts, groupe de recherches dirigé par Véronique Alexandre Journeau : https://langarts.hypotheses.org/1542

Feng Zikai, un caricaturiste lyrique ‒ Dialogue du mot et du trait, Marie Laureillard, postface de Danielle Elisseeff

Penser l’art du geste en résonance entre les arts et les cultures, sous la direction de Véronique Alexandre Journeau et Christine Vial Kayser

L’empreinte de Zeami dans l’art japonais ‒  La fleur et le néant, Aya Sekoguchi, préface d’Augustin Berque

 

Table des matières de Feng Zikai, un caricaturiste lyrique :

Introduction…………………………………………………………………….. 11
I  Le manhua : caricature ou bande dessinée ?…………… 19
Genèse et définition des manhua…………………………………. 21
La genèse…………………………………………………………… 21
Comment définir le manhua ?……………………………….. 30
Les modèles……………………………………………………….. 32
Les règles à suivre……………………………………………….. 44
Les autres dessinateurs…………………………………………. 58
L’illustration de nouvelles……………………………………… 71
« La véridique biographie d’Ah Q » de Lu Xun……….. 71
Les autres nouvelles de Lu Xun…………………………….. 90
L’illustration de contes et de poèmes pour enfants…. 103

II  Le manhua, une alliance de texte et d’image………. 119
Une esthétique du raccourci…………………………………… 121
Des poèmes plastiques……………………………………….. 121
Moderniser la peinture……………………………………….. 123
Une vision intérieure………………………………………….. 126
Le refus de l’illusionnisme………………………………….. 131
Une vision renouvelée de la poésie classique…………… 135
Attentes et absences…………………………………………… 136
Entre ciel et terre……………………………………………….. 143
Les manhua : un art hybride…………………………………….. 155
Les utilités du texte……………………………………………. 155
La séquentialité…………………………………………………. 159
La narrativité d’une image isolée………………………….. 163
Jeux de miroir et effets sonores…………………………… 166

III  Le dialogue entre œuvre littéraire et œuvre dessiné 173
L’essai ou prose littéraire………………………………………. 175
Au fil du pinceau………………………………………………. 175
La notion de saveur (quwei)………………………………… 178
Nature, enfance et réalités sociales………………………… 183
Nature et paysages…………………………………………….. 183
Vie familiale et enfance……………………………………… 198
Les réalités sociales……………………………………………. 213
Les autres œuvres littéraires de Feng Zikai…………….. 251
Contes et nouvelles……………………………………………. 251
La poésie de Feng Zikai……………………………………… 254

IV  La quête d’un idéal…………………………………………………… 267
Feng Zikai et la pensée de son temps…………………………. 269
L’autonomie de l’art…………………………………………… 270
Le rêve de retraite hors du monde………………………… 275
L’éternel esprit de l’art……………………………………….. 282
Art et religion……………………………………………………. 285
Un cœur d’enfant………………………………………………. 288
Simplicité, lyrisme et humour………………………………….. 299
Simplicité et limpidité…………………………………………. 299
La veine lyrique………………………………………………… 302
L’humour…………………………………………………………. 310
Le peintre et son double……………………………………… 325
Au confluent de la peinture et de la littérature……… 329
Les trois perfections…………………………………………… 329
L’émotion face au monde…………………………………… 332
Une vision universaliste……………………………………… 339
La sinisation de la caricature……………………………….. 342
Conclusion………………………………………………………………………. 351

Postface (Danielle Elisseeff)………………………………………………… 359
Annexes…………………………………………………………………………….. 365
Bibliographie………………………………………………………….. 367
1. Sources…………………………………………………………. 367
2. Bibliographie générale……………………………………. 376
Index………………………………………………………………………. 397

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.