[séminaire CEEI] Séance du 9 décembre: Écriture et mise en voir

La prochaine séance du séminaire CEEI,
L’écriture : traversées visuelles et sonores

se tiendra le samedi 9 décembre de 10h à 13h à l’Université Paris Diderot, 5 rue Thomas Mann, 75013 Paris, bâtiment Grands Moulins, en salle 695C.

 

Nous aurons le plaisir d’écouter Vincent Broqua nous parler de « Performance de la traduction / traduction de la performance » et Lenka Stransky de « L’image et l’écriture dans les partitions graphiques et verbales : oscillations, interactions, fusions » :

•  Vincent Broqua : « Performance de la traduction / traduction de la performance »
Que se joue-t-il dans la traduction de la performance et la performance de la traduction ? Si la performance poétique est ce moment de mise en geste et en espace d’un texte déjà écrit ou composé sur le moment, alors que fait la traduction ? A l’inverse, quand elle s’empare de la traduction pour la performer, que fait la poésie ? Au travers de cette intervention exploratoire nous nous intéresserons au corps du traducteur et du performeur, à leurs interactions – s’il y en a – en reposant la question de savoir ce que cela signifie de performer un texte à l’oral. Nous prendrons notamment appui sur des enregistrements et des vidéos de performances poétiques.
• Lenka Stransky : « L’image et l’écriture dans les partitions graphiques et verbales : oscillations, interactions, fusions »
En tant que diagrammes – opérateurs d’une pensée plastique –, les partitions graphiques et verbales possèdent la capacité de fonctionner comme écran de projection de modèles de composition. Par leur manière d’exploiter le jeu des interactions sensorielles, elles relèvent du concept non décrit, mais susceptible d’être réalisé. Permettant de visualiser ce qui est inaccessible à la perception immédiate, ces partitions n’offrent pas une représentation d’une réalité sonore, mais donnent à penser plus qu’elles ne représentent. Elles tendent vers une identité totale entre l’image, le mot, l’écriture. L’acte d’écrire, de réaliser le signe, le tracé de l’idée sonore à reconstruire, devient ainsi un authentique instrument d’un projet et d’une pensée artistique. Dans ce type de partition, l’interprète est entraîné dans un processus interactif de coproduction de l’œuvre. Le compositeur n’a plus le « contrôle total » du résultat sonore obtenu : au cours de son travail de « programmation », il doit prévoir l’ensemble des possibilités combinatoires permises par la partition, aussi bien avant que pendant sa réalisation (polymorphe et multimédiale). Nous nous interrogeons sur le lien entre le diagramme et le mouvement de la pensée sonore et visuelle, la contiguïté entre la création et le virtuel, la dynamique et la signification, la mobilité et le concept.

 

Nous profiterons de cette séance pour discuter ensemble de l’organisation des séances d’ateliers de lecture.
Nous vous proposons finalement de vous joindre à nous pour déjeuner après la séance.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *