La calligraphie taïwanaise contemporaine : quel avenir pour un art scriptural multiséculaire ?

Mardi 21 novembre, 18h30, Annexe du Musée Champollion à Figeac (Lot)

par Marie Laureillard, Maître de conférence à l’Université Lumière-Lyon 2, rattachée à l’Institut d’Asie Orientale et au Centre d’Etude de l’Ecriture et de l’Image

À l’âge des écrans, à une époque où pinceau et stylo semblent de plus en plus désuets, comment faire en sorte que la calligraphie chinoise ne devienne un art réservé aux seuls nostalgiques du passé ? A Taiwan, l’écriture chinoise, qui n’a pas été simplifiée, entretient un lien plus proche, plus naturel avec la tradition que sur le continent. Après l’arrivée des nationalistes en 1945, la calligraphie a même acquis une signification particulière, devenant le symbole suprême de la culture chinoise classique et orthodoxe. En 1983, pourtant, la société « Marée d’encre », refusant de continuer à écrire selon les anciennes règles, entreprend de moderniser la calligraphie afin de l’adapter à la vie contemporaine. Depuis cette époque, le mouvement de la calligraphie moderne à Taiwan s’efforce toujours de répondre à un imaginaire social en constante évolution. Nous examinerons l’œuvre de Tong Yang-tse, Chen Shih-hsien et Hsu Yong-chin afin de répondre aux questions suivantes : quel message nous transmettent ces artistes à travers leur art ? Quel accueil rencontrent-ils dans les pays sinophones ? Comment sensibiliser les étrangers à ce type de calligraphie et à la calligraphie chinoise en général ? Nous essaierons de montrer que la calligraphie chinoise est un art universel qui n’a rien d’obsolète.

.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.