André Frénaud, le Très-Vivant Parcours d’un poète

André Frénaud, le très-vivant

Galerie du CROUS, Bibliothèque littéraire Jacques Doucet

25 septembre – 7 octobre 2017

La Bibliothèque littéraire Jacques Doucet-Chancellerie des universités de Paris présente une exposition sur le poète André Frénaud (1907-1993).

Contemporain de René Char, Jean Tardieu, Jean Follain et Guillevic, habité par le doute existentiel mais ouvert à l’espoir, André Frénaud a su inscrire une parole poétique vibrante dans un dialogue avec ses frères poètes comme avec ses amis peintres.

Enraciné dans la terre et les yeux tournés vers l’absence de transcendance, il questionne en poète sa place dans le monde et nous renvoie à nos propres interrogations. Anxieux de sa situation de « vivant-mortel », il ne cesse de rechercher par l’écriture poétique le moment d’extase où s’annuleraient les contraires et se dissoudrait la finitude humaine.

Facétieux et grave, léger et métaphysique, il a su de recueil en recueil explorer la matérialité de la langue. Des Rois mages (1944) à La Sorcière de Rome (1973) en passant par La Sainte Face (1968), son non-conformisme exhausse sa droiture éthique et son exigence morale.

La quasi-totalité de son œuvre est parue aux éditions Gallimard entre 1949 et 1986.

La Bibliothèque littéraire Jacques Doucet conserve aujourd’hui l’ensemble de ses archives.

A travers des manuscrits, des lettres, des traductions, l’exposition propose de donner à voir et à entendre la parole du poète, rythmée par de superbes livres conçus en résonance avec de grands artistes – Fernand Léger, Joan Miró, André Masson, Raoul Ubac, Jean Bazaine, Jean Fautrier, Geneviève Asse ou Pierre Alechinsky.

André Frénaud, le très-vivant

Galerie du CROUS, Bibliothèque littéraire Jacques Doucet

25 septembre – 7 octobre 2017

La Bibliothèque littéraire Jacques Doucet-Chancellerie des universités de Paris présente une exposition sur le poète André Frénaud (1907-1993).

Contemporain de René Char, Jean Tardieu, Jean Follain et Guillevic, habité par le doute existentiel mais ouvert à l’espoir, André Frénaud a su inscrire une parole poétique vibrante dans un dialogue avec ses frères poètes comme avec ses amis peintres.

Enraciné dans la terre et les yeux tournés vers l’absence de transcendance, il questionne en poète sa place dans le monde et nous renvoie à nos propres interrogations. Anxieux de sa situation de « vivant-mortel », il ne cesse de rechercher par l’écriture poétique le moment d’extase où s’annuleraient les contraires et se dissoudrait la finitude humaine.

Facétieux et grave, léger et métaphysique, il a su de recueil en recueil explorer la matérialité de la langue. Des Rois mages (1944) à La Sorcière de Rome (1973) en passant par La Sainte Face (1968), son non-conformisme exhausse sa droiture éthique et son exigence morale.

La quasi-totalité de son œuvre est parue aux éditions Gallimard entre 1949 et 1986.

La Bibliothèque littéraire Jacques Doucet conserve aujourd’hui l’ensemble de ses archives.

A travers des manuscrits, des lettres, des traductions, l’exposition propose de donner à voir et à entendre la parole du poète, rythmée par de superbes livres conçus en résonance avec de grands artistes – Fernand Léger, Joan Miró, André Masson, Raoul Ubac, Jean Bazaine, Jean Fautrier, Geneviève Asse ou Pierre Alechinsky.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.