[Conférence] Cédric Laurent, « Narrations interrompues, raccourcis et suggestions dans la peinture chinoise classique », et Laurent Long, « “Connais le blanc, adhère au pourpre”, espace et densité dans la création des sceaux chinois »

Pour cette sixième séance du séminaire CEEI-THALIM « L’Intervalle : objets, discours, pratiques », nous accueillerons deux intervenants, Cédric Laurent (Professeur à l’Université Rennes 2) et Laurent Long (membre de l’académie d’Art sigillaire de Xiling, et de la Société Asiatique). La modération sera assurée par Alice Bianchi, Maîtresse de conférences en études chinoises à l’Université Paris Cité.

La séance se déroulera en hybride le mardi 30 mai 2023, de 14h à 16h : en présentiel à l’Institut national d’histoire de l’art (2 rue Vivienne, 75002 Paris), en salle Benjamin, et en visioconférence sur zoom. Pour obtenir le lien, écrire à : dumoraflore@gmail.com

 

Cédric Laurent, « Narrations interrompues, raccourcis et suggestions dans la peinture chinoise classique »

Présentation

L’esthétique du vide a déjà fait l’objet de nombreuses études théoriques et d’analyses d’œuvres dans l’art chinois classique (Xe-XVIIIe siècles). Cette « évacuation » de l’image au profit de la suggestion peut toutefois être abordée différemment dans un corpus d’œuvres historiées moins étudiées. Rapportées à la question de la narration, les interruptions et les raccourcis sont des procédés évidents et nécessaires qui permettent de comprendre une image dans une temporalité.

Nous commencerons par la « lecture » de quelques rouleaux narratifs pour analyser les procédés auxquels les peintres ont recouru dans la mise en image d’une histoire, puis nous étendrons notre réflexion à d’autres images multi-séquentielles qui montrent la diversité des procédés mis en œuvre par les peintres chinois pour raconter. Ces principes d’interruption et de suggestion permettront enfin de resituer des œuvres a priori non historiées dans une perspective temporelle.

Bio-bibliographie

Cédric Laurent, professeur en langue, littérature et civilisation chinoises (Université Rennes 2) enseigne la littérature classique et l’histoire de l’art chinois. Il mène des recherches sur les relations entre la peinture et la littérature en Chine. Ses travaux sur la peinture Ming (1368-1644) consistent en un décryptage des motifs peints à l’éclairage de la littérature classique. Ses recherches s’ouvrent sur une large variété de domaines, de la peinture érotique, à la culture de l’encens et même à l’art contemporain. Cette approche permet notamment de comprendre les significations oubliées d’images trop souvent perçues comme de simples paysages.

Il a notamment publié : Voyages immobiles dans la prose ancienne : la peinture narrative sous la dynastie Ming, Paris, Les Belles Lettres, 201 ; Retrouver son Cœur : La méditation dans la peinture et la poésie chinoises du XVe au XVIIe siècle, Paris, L’Asiathèque, 2021.

Zhao Cangyun 趙蒼雲 (actif fin 13 e s.-début 14e s. ), Liu Chen et Ruan Zhao dans les monts Tiantai 劉阮入天台山圖, encre sur papier, 22, 5 x 564 cm., Metropolitan Museum of Arts, New-York.

 

Laurent Long, « “Connais le blanc, adhère au pourpre”, espace et densité dans la création des sceaux chinois »

Présentation

Si la nature grecque « a horreur du vide », il est au cœur de la pensée esthétique chinoise, notamment dans le taoïsme de Laozi (-IVe siècle) non comme absence, mais comme lieu de toutes les potentialités. Il se manifeste dans la peinture, de paysage en particulier, dans la composition d’une calligraphie, en poésie, en musique pour cithare qin et dans l’art des sceaux. Tous jouent du prolongement muet, du creux, du non exprimé. Les principes de la composition d’un sceau, théorisés dès le début du XIVe siècle, plus encore depuis le XVIIe, visent à une cohérence d’ensemble, à un équilibre éloigné de la symétrie entre espaces et pleins. Bien plus que par la théorie, le commentaire d’une dizaine de cachets de toutes époques fera percevoir la manière dont les créateurs gèrent l’espace, non seulement en chinois, écriture très riche en variantes plus ou moins complexes, étirées en hauteur ou en largeur, mais encore en caractères latins. Ceci pourrait inspirer les graphistes en Chine et au-delà.

Bio-bibliographie

Né en 1962, Laurent Long 龍樂恒 est docteur en chinois diplômé de l’INALCO, graveur de sceaux depuis plus de 30 ans, expert en inscriptions chinoises, membre de l’académie d’art sigillaire de Xiling 西泠印社, fondée en 1904, et de la Société Asiatique. Il a coopéré aux rubriques « Art militaire », « Administration », et « Erotisme » du Grand dictionnaire Ricci de la langue chinoise, tout en y introduisant le vocabulaire de la sigillographie. Reconnu en Chine pour ses talents et son expertise, il publie régulièrement sur les sceaux chinois dans des ouvrages européens du XVIe au XVIIIe siècle, ainsi que des collections de cachets. 論印尋道 (Une quête du Principe dans la gravure des sceaux) et 閒御東風 (Chevauchant sans soucis le vent d’est) ont paru à Taiwan.

Publications récentes sur les sceaux 

Paysages dans un pouce carré chez les Chinois d’aujourd’hui : Les sceaux dans leur rapport à l’image, dans Art Asie Sorbonne, « Images écrites dans la Chine d’aujourd’hui I », numéro dirigé par Antoine Gournay, Marie Laureillard et Li Shiyan, décembre 2021, p. 5-37. (https://creops.hypotheses.org/category/la-revue-asie) ; 西儒初問金石:阿塔納修斯·吉歇爾論古文字初探 (Premiers pas d’un lettré d’Occident en paléographie chinoise :  prolégomènes sur les recherches d’Athanase Kircher (1602-1680) concernant les écritures anciennes), dans « Diliujie ‘Gushan zheng yin’ Xiling yinshe yinxue guoji yinxue fenghui lunwenji », Xiling yinshe ; Hangzhou, 2020, vol. 2, p. 681-698 ; Elle prend la mer à bord d’un galion : comment l’anecdote « Un censeur perd son sceau officiel » fut transmise en Europe, dans L’Orient dans le monde hispanique et lusophone, actes du colloque du Centre d’Études Hispaniques d’Amiens, Université de Picardie Jules Verne, Binges, Orbis Tertius, 2020. p. 99-118.

 

 

 

 

 

 

 

Zhao Zhiqian 趙之謙 (1829-1884), sceau de studio : Hanxueju 漢學凥 « Demeure de l’école philologique des Han », 46 x 46 mm, empreinte et visualisation des vides



Citer ce billet
yoonjungdo (2023, 26 mai). [Conférence] Cédric Laurent, « Narrations interrompues, raccourcis et suggestions dans la peinture chinoise classique », et Laurent Long, « “Connais le blanc, adhère au pourpre”, espace et densité dans la création des sceaux chinois ». CEEI. Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mi47

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search