[Conférence] Norbert Danysz, « Vides et intervalles dans la première bande dessinée chinoise : des lianhuanhua en blanc et noir », et Blanche Delaborde, « Intervalles et mahaku : métamorphoses de la mise en page dans les mangas pour filles » (11 avril 2023)

Pour cette cinquième séance du séminaire CEEI-THALIM « L’Intervalle : objets, discours, pratiques », nous accueillerons deux intervenants, Norbert Danysz (doctorant en études chinoises à l’Université Lumière Lyon 2) et Blanche Delaborde (docteur.e en études japonaises). La modération sera assurée par Jacques Dürrenmatt, professeur de philologie, poétique et stylistique à l’Université Sorbonne nouvelle. 

La séance se déroulera le mardi 11 avril 2023, de 14h à 16h, en distanciel uniquement. Pour obtenir le lien de visioconférence sur ZOOM, écrire à : marianne.simon-oikawa@u-paris.fr

Modération : Jacques Durrenmatt (Sorbonne université). 

 

Norbert Danysz, « Vides et intervalles dans la première bande dessinée chinoise : des lianhuanhua en blanc et noir »

Présentation 

Le lianhuanhua 连环画, format caractéristique que la bande dessinée chinoise a développé tout au long du XXe siècle, présente des images orientées à l’italienne et imprimées à l’encre noire. Dans les vignettes de ces bandes dessinées, en particulier à partir des années 1950, il n’est pas rare que les espaces laissés blancs (voire teintés de beige ou d’ocre selon la qualité du papier) constituent la structure fondamentale des cases, où personnages et décors sont parfois reléguées jusqu’en bordure de l’image. Les lianhuanhua remobilisent de cette manière la valeur de l’intervalle dans la peinture traditionnelle chinoise, où le Vide conçu comme un espace signifiant doit s’associer au Plein du dessin pour produire une composition harmonieuse, laissant circuler le Souffle. Pour quelle(s) raison(s) les bandes dessinées de propagande publiées par la Chine communiste reprennent-elles à leur compte ce principe pictural hérité de la Chine impériale ? La présentation cherchera à expliquer cet apparent paradoxe, tout en examinant les effets esthétiques ou narratifs que peut avoir sur le lianhuanhua la prévalence de l’intervalle.

Bio-bibliographie

Norbert Danysz est doctorant en études chinoises à l’Université Lumière Lyon 2, sous la co-direction de Marie Laureillard (IAO UMR 5062) et Laurent Gerbier (InTRu EA 6301). Il travaille sur les évolutions stylistiques de la bande dessinée en Chine entre les années 1920 et 1980, et mène en parallèle des projets de recherche sur la bande dessinée sinophone en général, à Taïwan et à Hong Kong. Il a récemment publié « Les caricatures stylisées de Huang Yao et Yancong, ou la quadrature du cercle », sur les personnages circulaires de la bande dessinée chinoise, dans le numéro 46 de la revue Extrême-Orient Extrême-Occident. Son article “A New Wave in Manhua? Ocean and Insularity in Taiwanese Contemporary Comics” a remporté le Prix jeune chercheur 2022 de la European Association of Taiwan Studies.

He Youzhi 贺友直, Grands changements dans un village de montagne 山乡巨变, Éditions des Beaux-Arts du Peuple de Shanghai, 1963

 

Blanche Delaborde, « Intervalles et mahaku : métamorphoses de la mise en page dans les mangas pour filles »

Présentation

Objet culturel protéiforme, la bande dessinée est un média narratif caractérisé par un dispositif graphique constitué d’images généralement comprises dans des cases et disposées sur la page de façon à en permettre une lecture ordonnée. Conventionnellement, ces cases sont séparées visuellement par un espace laissé vide qui a été appelé « espace intericonique » par Thierry Groensteen, et mahaku (間白) par Natsume Fusanosuke. Cet espace, qui à la lecture se présente comme des intervalles visuels que le regard passe en sautant d’une case à l’autre, a été largement étudié et théorisé aussi bien dans le cas des bandes dessinées européennes ou américaines que japonaises, et ses fonctions syntaxiques et expressives ont été détaillées et discutées en détail.

Cependant, dans de très nombreux mangas, en particulier depuis le développement de mangas pour jeunes filles à la mise en page éclatée dans les années 1960 et 1970, ces intervalles entre les cases connaissent des métamorphoses liées à celles de la case même en tant qu’unité sémantique et visuelle. Lorsque la succession de rectangles bien délimités et rangés en bandes horizontales fait place à des pages remplies de cadres incomplets et de dessins enchevêtrés ou superposés, les intervalles disparaissent-ils ? Changent-ils de sens, de fonctions ? Dans cette présentation, nous explorerons notamment en quoi l’importance centrale de la représentation des émotions et des pensées des personnages dans nombre de mangas destinés à un lectorat féminin influe sur le dispositif narratif, le rythme de l’œuvre, la composition des pages, ou encore l’utilisation de l’espace laissé libre de marques graphiques.

Bio-bibliographie

Les recherches de Blanche Delaborde (il/elle) portent sur la bande dessinée et les mangas et tentent de mettre à profit l’analyse d’éléments formels pour parvenir à une étude fine des œuvres et de leurs procédés esthétiques et narratifs. Après une maîtrise d’histoire à l’Université de Strasbourg consacrée au magazine français de bandes dessinées féminines Ah! Nana (1976-1978), il a soutenu dans la même université un master d’études japonaises consacré à l’enfance dans les mangas de Matsumoto Taiyō, et en 2019, à l’Inalco, un doctorat d’études japonaises consacré à la poétique des impressifs graphiques (c’est-à-dire les onomatopées) dans les mangas (1986-1996), dans une approche transdisciplinaire faisant appel à la narratologie, à la sémiotique, à la linguistique et à l’histoire de l’art. Ses travaux les plus récents portent sur le statut et les caractéristiques de l’écrit dans les mangas et la bande dessinée, et sur les procédés de représentation des états mentaux des personnages dans les mangas.

Parallèlement à ses recherches, elle traduit également des mangas du japonais au français et enseigne le français à l’Université de Fukuoka.

Pour une bibliographie plus détaillée : https://labrechebd.com/a-propos/membres-de-la-breche/profil-blanche-delaborde/

En haut à gauche, Kaze to ki no uta, de Takemiya Keiko ; en haut à droite, Versailles no bara, de Ikeda Riyoko ; en bas à gauche, Hanazakari no kimitachi e, de Nakajō Hisaya ; en bas à droite, & (and), de Okazaki Mari



Citer ce billet
Marianne Simon-Oikawa (2023, 23 mars). [Conférence] Norbert Danysz, « Vides et intervalles dans la première bande dessinée chinoise : des lianhuanhua en blanc et noir », et Blanche Delaborde, « Intervalles et mahaku : métamorphoses de la mise en page dans les mangas pour filles » (11 avril 2023). CEEI. Consulté le 27 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mi3v

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search