XIème colloque international de l’IAWIS/AIERTI

Plusieurs membres du CEEI organisent une session ou présentent une communication au colloque international de l’IAWIS/AIERTI, La reproduction des images et des textes, du 10 au 14 juillet 2017 à l’Université de Lausanne

 

  • Márcia Arbex-Enrico présente une communication dans la session « Ekphrasis : Reproducing the Absent »,

Texte et photographie dans le « livre de dialogue »: de l’immédiateté et de la médiation

Le rapport dialectique entre l’écriture et l’image, traduit par des mouvements d’approximation et d’écart, d’immédiateté et de médiation, découle de hétérogénéité même de ces médias et de leur principe de reproductibilité. Si l’écriture ne reproduit pas la parole, elle la rend du moins visible. L’image, de son côté, en tant qu’ « évidence obscure », frappe par sa présence immédiate et, en même temps, suscite une médiation par le mots, soit une transposition ou une ekprasis. Juxtaposées dans un livre de dialogue, écriture et image produisent une temporalité complexe, faite de mémoires et d’anacronismes, d’où le constant processus de montage et de démontage du savoir qui y est impliqué. A partir de ces considérations, il s’agit d’interroger l’interaction texte-image dans certains albuns photolittéraires contemporains, comme ceux de Michel Butor réalisés avec des photographes. Dans ces productions, il y a un intense chassé-croisé de regards donnant lieu à un rapport spéculaire dynamique entre les médias, qui met en cause les catégories d’illustration ou de transposition. Quoique génératrice du texte, l’image n’instaure aucune hiérarchie; au contraire, le texte poétique peut devenir illustration et la photographie, légende. C’est dans l’intervalle entre le voir et le lire que le sens se construit et se démonte. Écrire à partir de ou à côté de la photographie ne suppose pas uniquement reproduire une image visible ou décrire ce qu’on a devant les yeux. Présente et visible à côté du texte, ce que l’image semble donner à voir c’est l’absence et le travail de la mémoire.

 

  • Sophie Aymes organise, avec Nathalie Collé, Brigitte Friant-Kessler et Maxime Leroy, la session

Reproducing and recycling literary illustration from the 17th century to the 21st century

This panel is organised by the Illustr4tio research group. We invite contributions that explore the constraints, possibilities and evolving practices in the reproduction of images in illustrated books of fiction, poetry and drama, from the 17th century to the contemporary period and across a variety of media. The papers will examine the technical, editorial and intermedial aspects of the reproduction of illustrative images in literary works from a synchronic or diachronic perspective, as well as from different theoretical approaches. Whether reproduction sets up limits and constraints or otherwise enables wider circulation and liberates creativity, it contributes to define and shape the creation and reception of illustrated books. Papers may address the following issues: how reproduction contributes to (re)defining the illustrated book as a medium; how illustrative images are re-used and migrate from one medium to another, as well as from one type of edition to another; to what extent could Walter Benjamin’s concept of “aura” be applied— or not— to illustration. Participants may discuss how the meaning and reception of illustrative images/artworks are (re)negotiated according to how they are reproduced, and how such terms as “originality” and “authenticity” have been redefined over the period under consideration. We also welcome papers that consider works and practices that challenge definitions of and received assumptions about the illustrated book and illustration. Contributions to this panel may discuss such topics as the limits of reproducibility and the boundaries between illustration and adaptation. They may explore such questions as: are all illustrated books reproducible? what is the status of an image, and what are its conditions of reproducibility in limited editions and/or artist’s books? how is illustration conditioned by a logic of repetition and recycling? how has the digital book altered the notion of reproduction?

 

  • Jan Baetens organise la session

Faire voir, faire entendre, faire vivre le texte poétique (Reproduction on stage I)

Poetry is no longer something that is made and read in print. Modern poetry, which often has an important visual dimension, focuses more on more on orality, most radically in the subfield of “sound poetry”. But traditional poetry as well is more and more read aloud, in specific public and theatrical contexts and stagings. The aim of this panel is to study how poetry is orally reproduced on stage or in other public or semi-public spaces, and how reproduction reshapes our contemporary ways of reading and writing poetry.

 

  • Karine Bouchy et Hélène Campaignolle-Catel présentent une communication dans la session « Réappropriations : recyclages, effacements, détournements »

Reproduction et création électrographique. Le déplacement photographique dans les revues de Philippe Clerc

Philippe Clerc (°1935), peintre, écrivain et photographe formé à l’Académie Jullian, débute dans la peinture puis la sérigraphie. Il rencontre en 1973 Anne-Marie Christin avec laquelle il crée la revue l’immédiate (1974-1981). Dès 1980, il explore l’usage de la photocopie (ou électrographie) qui lui permet de conjoindre trois pratiques: l’emploi de la photographie – prise de vue de lieux contemporains ou réemploi de documents anciens –, la transformation de ces images par le biais de la photocopie, leur agencement séquentiel (par montage en planches ou succession en pages). Quatre revues témoignent de ce tournant: Riga (1990-1991), Akte (1990-1992), Cobalt (1992-1993) et enfin Ox (depuis 1991). Partant de ces revues, nous étudierons les procédés par lesquels Philippe Clerc transforme l’image photographique à l’aide de l’électrographie: métamorphose par agrandissement ; altération par copies successives produisant une « dégénérescence » (Rigal) ; prélèvement par détourage ; (re)compositions visuelles par l’emploi du calque ; recadrages et mise en séquence. Certaines caractéristiques évoquent la facture picturale des débuts: rapports entre noir et blanc, « surfaçage » et affleurement du volume, dépôt de matière et matérialité du support. Le dialogue instauré entre l’oeuvre de Philippe Clerc et la pensée d’Anne-Marie Christin nous permettra en second lieu d’aborder les notions d’idéogramme/ signe, de récit/parcours, d’empreinte/copie. Loin de l’approche barthésienne analysée ailleurs (2004), les revues-images de Philippe Clerc sont pour A.-M. Christin des « fictions spatiales et graphiques » qui échappent à la narration et créent des figures qui s’agencent comme des « signes ».

 

  • Laurence Danguy organise, avec Laurent Bihl, la session

Nouvelles problématiques autour des revues illustrées – 19ème – 20ème siècles

Au cours du 19ème siècle, les revues illustrées, médium par excellence de la reproduction, se séparent toujours davantage des livres, des feuillets et de l’illustration pour se constituer en un champ singulier, si ce n’est autonome. Partie d’une presse où elles se distinguent par leur fréquentation de l’image, leur organisation visuelle, leur propos, leur public et parfois leur périodicité, elles continuent néanmoins d’entretenir des affinités électives avec le livre – illustré ou non – comme avec des images plus légitimes dans le champ de l’art. À côté d’études de corpus débouchant sur des publications de type monographique, la recherche sur les revues illustrées, très dynamique ces dernières années, s’est attachée à analyser certains traits spécifiques de ces revues, tels que leur statut et leurs accointances médiales, la relation texte et image, les transferts artistiques et culturels, les réseaux humains et économiques, le statut des rédacteurs et dessinateurs ou encore les pratiques de lecture. Bien des problématiques restent, cependant, en suspens, dont certaines spécialement liées à la reproduction, tels que la figurabilité d’un événement, le choix ou le non-choix d’un objet et ses conséquences discursives, le rapport entre la reproductibilité des objets industriels et leur représentation dans la presse (texte, image, réclame), la création de valeur générée par une offre massive de textes et images, le rapport avec l’illustration ou encore la très épineuse question de l’auctorialité dans un univers où les images circulent en se défiant des frontières linguistiques et génériques. Les propositions de communication pourront reprendre les exemples cités ou thématiser une problématique inédite. Le panel entend représenter différentes approches disciplinaires. Il est étroitement lié au panel intitulé « Que reproduit la première presse illustrée (17ème-19ème siècles) ? »

Elle y présentera aussi une communication:

Le salon caricatural du Nebelspalter ou le renversement des valeurs

Pendant du salon officiel, apparu dans les années 1840, le salon caricatural est réputé phénomène parisien. Il gagnerait en popularité à mesure que l’événement référentiel – le salon – prendrait de l’importance, puis régresserait ensuite symétriquement. Ses différents avatars jusqu’à la Première guerre mondiale sont liés à la recomposition des champs artistique et de la presse. Basées sur la « blague », culturellement prégnante au 19ème siècle, ses charges sont réputées inoffensives et auraient même été recherchées par les artistes pour la publicité qu’elles leur assurent. Ce livret illustré reflèterait essentiellement la réception populaire et ne créerait qu’a minima de la valeur esthétique en soulignant des travers formels et en interrogeant sans grande corrosivité certaines valeurs esthétiques, dont celle du goût. Ces appréciations largement partagées dans la littérature scientifique sont contredites par l’étude de plusieurs revues illustrées européennes et même violemment contestées par les occurrences du salon caricatural dans le Nebelspalter zurichois entre 1877 et 1913. Si la dépendance formelle et rhétorique vis-à-vis du modèle parisien est patente, le salon caricatural adapte cibles et enjeux au contexte suisse et s’enrichit de variations exogènes. Transferts et reproductibilité favorisent un déplacement de valeurs sociale et esthétique vers le dessin de presse, obligeant à réévaluer la capacité subversive du salon caricatural.

 

  • Ségolène Le Men organise  la session

Actualité du Musée imaginaire (Malraux): Les métamorphoses du Musée imaginaire

En 1947, un grand album illustré, peu épais, parut à Genève chez Skira. Sur la couverture, André Malraux introduisait en sous-titre de Psychologie de l’art un terme, « Le Musée imaginaire », trouvaille dont la genèse avait été parallèle à celle de la notion de reproductibilité forgée par Walter Benjamin et connue de Malraux. Une phrase du livre en situe les enjeux dans la longue histoire de l’imprimé et du musée qui s’y trouvent rapprochés, tout en demeurant distincts par l’opposition entre les reproductions mises en livre et les oeuvres originales mises en exposition: « Un Musée Imaginaire s’est ouvert, qui va pousser à l’extrême l’incomplète confrontation imposée par les vrais musées: répondant à l’appel de ceux-ci, les arts plastiques ont inventé leur imprimerie ». L’expansion infinie de ce « Museum Without Walls » (selon la traduction anglaise) n’est pas sans poser de question aujourd’hui, alors que d’une part le musée occidental s’érige en modèle universel, que d’autre part les musées de papier, longtemps gravés, sont devenus à l’ère du numérique non plus seulement photographiques, mais aussi virtuels, et qu’enfin toute modalité de musée imaginaire engage l’imaginaire, et peut devenir atelier de création ou de recréation. Les communications proposées, partant de l’actualité des recherches, pourront ainsi aborder les diverses métamorphoses de la notion de Malraux qui s’est banalisée aujourd’hui, depuis les maquettes des livres de Malraux jusqu’aux musées virtuels, en passant par l’agencement iconotextuel des livres d’art, la performance audiovisuelle des conférences illustrées de vues sur verre, l’enregistrement cinématographique et l’émission de télévision, ou toute autre actualisation possible, y compris celle des expositions de reproductions. Cette primeur du regard est-elle remise en cause de la communication verbale? En quoi subsiste le rapport entre textes et images?

 

[Pour plus d’informations, voir le site internet du colloque]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *