[Colloque] XIIIe Congrès International IAWIS/AIERTI

Le XIIIe Congrès International de l’IAWIS/AIERTI aura lieu du 28 août au 01 septembre 2023, à Universidade Federal de Minas Gerais – UFMG, Belo Horizonte, Brésil. Il aura pour thème : “Sédimentation : vers une archéologie du texte et de l’image”.

Site : http://www.letras.ufmg.br/iawis2023/

Les propositions de sessions peuvent être envoyées jusqu’au 15 juin 2022.

 

Présentation

Le XIII Congrès International de l’IAWIS/AIERTI, en choisissant pour thème Sédimentation, vise à articuler une réflexion autour de l’archéologie du texte et de l’image. Ce terme, dans le sens littéral et métaphorique, permettra d’aborder les questions historiques, théoriques et thématiques qui traversent les productions culturelles, littéraires et artistiques, tout en considérant les tensions, les articulations et les oscillations entre le mot et l’image.

Le choix de la thématique tient sa pertinence des études sur le Texte et l’Image, mais il est également étroitement lié à l’espace géographique qui accueillera le congrès. L’Université Fédérale du Minas Gerais (UFMG) (https://ufmg.br/) est située dans la ville de Belo Horizonte, capitale de la région de Minas Gerais, célèbre pour sa féconde tradition historique et artistique. Comme l’indique son nom – « mines générales » –, cette région est, d’une part, connue pour ses mines d’or, ses gisements de minerais et de pierres précieuses, dont l’exploration a permis la construction de grand nombre de villes pendant la période coloniale, telles qu’Ouro Preto et Diamantina, où se trouvent les œuvres les plus importantes du Barroco Mineiro ainsi nomméc’est-à-dire l’architecture, la sculpture ou la peinture. D’autre part, l’extraction minière a laissé des traces ineffaçables sur ce territoire et sur l’histoire des Autochtones. Les récentes ruptures de barrages à Mariana (2015) et Brumadinho (2019), qui ont provoqué des centaines de morts et la contamination des terres et des rivières de la région, représentent les plus grandes tragédies environnementales du pays.

Les strates temporelles que l’on peut observer dans cette unique région d’un pays de dimensions continentales font miroiter le gigantesque palimpseste qui constitue la culture brésilienne, caractérisée par le métissage, mais aussi par le racisme structurel résultat d’un long processus d’esclavage des peuples d’origine africaine, par des mouvements constants de “déglutition critique du passé pour faire surgir du nouveau. Ce cadre spatial spécifique, marqué par sa richesse géologique, vecteur de modernisation et de destruction, nous semble opportun pour réfléchir sur l’idée de sédimentation de façon plus ample, en tant que processus dynamique, flux et reflux, pris dans l’entrelacs des temps, toujours dans la perspective des relations entre le texte et l’image. Dans le moment historique actuel, où les notions de temps et d’espace se confondent comme par “télescopage”, pour reprendre le terme de W. Benjamin, où l’ubiquité est devenue possible virtuellement, où il faut élargir son “compas aux dimensions de la planète”, comme le dit Michel Butor, comment les manifestations culturelles, artistiques et littéraires perçoivent et traduisent-elles le temps dans sa dimension impure et anachronique ?

Les thèmes listés ci-dessous permettent de comprendre le sens de cette interrogation : 

  • Archéologie de la lettre et de l’image : de l’idéogramme aux nouvelles technologies ; de la préhistoire à l’ère digitale ; de l’ut pictura poesis à l’intermédialité.
  • Traversées spatio-temporelles : transits entre le Vieux et les Nouveaux Mondes ; les récits de voyage passés et présents ; utopies, hétérotopies, dystopies.
  • Palimpsestes, gisements, humus : représentations et métaphores de l’excavation, de la fouille, de l’archive et de la mémoire.
  • “Tupi, or not tupi that is the question” (O. de Andrade) : anthropophagie, appropriation ; collage, métissage.
  • Écriture et image sous la perspective de l’écocritique : l’écocritique intermédiale ; reconstruction du paysage naturel ; relations entre les espèces ; écoféminisme.
  • Décolonisation de la littérature et la relation texte-image : critique décoloniale ; littérature et arts des peuples autochtones et afrodescendants.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.