[Double conférence] Séminaire “Usages et valeurs du noir”, séance n°7, le 3 mai 2022, 14h-16h30

Dans le cadre du séminaire “Usages et valeurs du noir”, le CEEI accueillera Pierre-Gilles Girault ainsi qu’Héloïse Conésa et Dominique Versavel pour deux interventions respectivement intitulées Le noir au Moyen Âge, entre couleur du deuil et expression du luxe et « Back to black » : esthétique de la photographie monochrome. La séance se déroulera en présentiel à l’INHA, en salle Mariette, et, pour les personnes ne pouvant se déplacer, en visioconférence. Entrée libre dans la limite des places disponibles, adresse : Institut National d’Histoire de l’Art, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, salle Mariette (rez-de-chaussée).
 
Merci de vous inscrire auprès de Marie Laureillard pour obtenir le lien de connexion, qui vous sera envoyé deux jours plus tôt : mlaureillard@free.fr ou marie.laureillard@univ-lyon2.fr
 
 
 
D’après Roger Van der Weyden, Philippe le Bon, Musée des Beaux-Arts de Dijon

 

Le noir au Moyen Âge, entre couleur du deuil et expression du luxe par Pierre-Gilles Girault

À partir du maître livre de Michel Pastoureau, Noir : histoire d’une couleur, augmenté des publications récentes de Sophie Jolivet sur le vêtement à la cour de Bourgogne ou de l’édition posthume du mémoire de Samuel Paty pour l’époque moderne et contemporaine, reconsidérés à l’aune des portraits des XVe-XVIe siècles, on s’interrogera sur le statut de la couleur noire en Occident depuis l’an mil jusqu’au mitan du XVIe siècle. Durant l’Antiquité et pendant les premiers siècles du Moyen Âge, le bon et le mauvais noir cohabitent : d’un côté le noir renvoie à l’humilité et à l’autorité, de l’autre au monde des morts et aux forces du mal. À l’époque féodale, qui est en Occident la grande époque du « mauvais noir », seuls les moines bénédictins restent fidèles au signe d’humilité que représente le noir, alors que théologiens, moralistes, pratiques liturgiques imprégnés de l’héritage biblique s’accordent pour en faire une couleur infernale, « sinistre et mortifère », couleur du diable. Les historiens qui ont abordé les problématiques de la mort ont associé le noir à l’évolution du sentiment religieux, à la naissance du purgatoire et à la conception d’une mort associée à la nuit, aux ténèbres. Du XIVe au XVIe siècle, alors que la teinturerie connaît de gros progrès, notamment pour le fixer sur les étoffes de soie et laine et en faire une couleur précieuse, dense et riche, le noir devient « une couleur à la mode ». Les lois somptuaires qui condamnent les vêtements trop colorés accentuent sa dimension vertueuse. S’il demeure associé à la sorcellerie ou aux pratiques du deuil, le noir connaît alors une intense promotion et devient respectable et luxueux, voire une couleur de fête et non plus seulement du deuil. Venue d’Italie, cette réhabilitation du noir vestimentaire gagne la cour de Bourgogne, et de là les cours des Pays-Bas puis d’Espagne. C’est cet héritage multiple (deuil, humilité, vertu, pénitence mais aussi luxe) qui explique son adoption par la Réforme protestante, qui y voit un signe de l’austérité idéale, négation des couleurs dont la séduction trompeuse est prohibée, tandis que dans la France d’Ancien Régime le port du noir devient la prérogative de l’autorité morale, tant des médecins que des juristes et du clergé.

Notice biographique : 

Diplômé de l’EHESS, où il a participé aux séminaires du Groupe Images animé par Jean-Claude Schmitt et Michel Pastoureau, Pierre-Gilles Girault est aujourd’hui conservateur en chef du patrimoine et depuis 2014 administrateur du monastère royal de Brou et de son musée à Bourg-en-Bresse. Il a été successivement responsable du centre de documentation du patrimoine à la DRAC Centre et du Centre de l’Enluminure et de l’Image médiévale à l’Abbaye de Noirlac, puis conservateur et directeur adjoint du château royal de Blois. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages et articles sur l’art, la peinture et l’enluminure et la culture de cour au Moyen Âge et à la Renaissance en France et dans les Pays-Bas bourguignons. Il a notamment publié Fastes de cour. Les enjeux d’un voyage princier à Blois en 1501 (2010, avec M. Chatenet) et récemment codirigé La Paix des Dames, 1529 (2021, avec J. Dumont, L. Fagnart et N. Le Roux). Il a été commissaire ou co-commissaire de plusieurs expositions à Noirlac – Un langage sans paroles (1992), L’aventure cistercienne (1998), Histoire du calendrier (2000), puis à Blois – Images de François Ier (2005), Fêtes et crimes à la cour des Valois (2010), Les funérailles d’Anne de Bretagne (2014) – et commissaire invité des expositions Tours 1500 (MBA Tours, 2012) et Trésors enluminés de musées de France (Angers, 2013). Il est enfin co-commissaire avec Magali Briat-Philippe des expositions du monastère royal de Brou, notamment Primitifs flamands. Trésors de Marguerite d’Autriche (2018) et Amour, guerre et beauté. Des ducs de Bourgogne au Habsbourg (2022).

 

Israel Ariño (Espagne, né en 1974), Chouette, De la série Le nom qui efface la couleur, photographie, 2014

 

« Back to black » : esthétique de la photographie monochrome par Héloïse Conesa et Dominique Versavel

Dans les années 1850, quand les photographes se plaisaient à explorer les diverses tonalités des tirages sur papier salé (brunes à tendances rouge, violette, sépia, bistre…), l’adjectif « noir» servait à décrire un résultat rare, foncé et sans dominante colorée. Ce n’est qu’à partir du tournant du XXe siècle que « noir et blanc » est devenu une tonalité de la photographie, puis un terme générique pour désigner toutes les vues dites « monochromes ». La première commercialisation d’un procédé photographique couleur en 1907, puis la généralisation des négatifs et diapositives couleur dans la seconde moitié du XXe siècle auraient pu signifier la fin du noir et blanc. En effet, dès l’origine de la photographie, reproduire les couleurs naturelles a été l’aspiration des inventeurs. Malgré cela, la photographie monochrome se maintient fermement. De contrainte technique ou économique, la photographie noir et blanc devient au mitan du siècle dernier un véritable parti pris artistique, face à la couleur, alors apanage des amateurs, de la publicité et de la presse. Réputée élitiste et passéiste, elle représente, pour ses défenseurs, un gage d’excellence graphique et plastique, de poésie, de mise à distance symbolique, d’universalité : pour eux, elle est LA photographie. Nous reviendrons dans cette communication sur ces grandes étapes qui ont marqué l’affirmation d’une esthétique du noir et blanc et surtout celle d’un noir, tour à tour trace et ombre, signe et forme, ténèbres et matière.

Notices biographiques :

Docteure en histoire de l’art de l’université Paris 1-Panthéon Sorbonne, ancienne élève de l’École du Louvre et de l’Institut national du patrimoine, Héloïse Conésa a été conservatrice du patrimoine au Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg de 2009 à 2014, puis a rejoint le département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France en tant que chargée de collection pour la photographie contemporaine. Elle a été commissaire ou co-commissaire de plusieurs expositions, parmi lesquelles : Dans l’atelier de la mission de la DATAR (Arles, 2017), Paysages français, une aventure photographique (BnF, 2017), Denis Brihat, de la nature des choses (BnF, 2019), Ruines – Josef Koudelka (BnF, 2020), Noir et Blanc, une esthétique de la photographie (Grand Palais, 2020-2021), La photographie à tout prix : une année de prix photographiques à la BnF (2021), Ce monde qui nous regarde : les 15 ans de l’agence NOOR (BnF, 2022).

Archiviste-paléographe, Dominique Versavel est, depuis 2002, conservatrice de la photographie moderne ainsi que, depuis 2014, cheffe du service de la photographie au département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France. Elle a participé à de nombreux colloques ainsi qu’à la conception de plusieurs expositions et catalogues, au nombre desquels Objets dans l’objectif (2005), La Photographie humaniste (2006), Presse à la Une (2012), Alix-Cléo Roubaud (2014), Icônes de Mai 68 : les images ont une histoire (2018), Noir et Blanc : une esthétique de la photographie (Grand Palais, 2020-2021).

Consulter le programme complet du séminaire.


Vous aimerez aussi...