[Double conférence] Séminaire Usages et valeurs du noir, séance n°3, le 14 décembre 2021, 14h-16h30

Dans le cadre du séminaire “Usages et valeurs du noir”,  le CEEI accueillera  Elodie Ripoll en discussion avec Davide Vago et  Jean-Michel Galland en discussion avec Michel Melot pour deux interventions respectivement intitulées

Ambivalences du noir dans le roman français des Lumières

et

Une communion dans le noir pendant l’entre-deux-guerres ? De l’usage du noir et blanc ou de la couleur dans le champ de l’illustration en France à cette période.

La séance se déroulera presque uniquement en visioconférence . Elle aura lieu dans la salle 239 de l’INHA (mais nous ne pourrons accueillir que très peu de personnes, sur invitation). Merci de vous inscrire auprès de Marie Laureillard pour obtenir le lien de connexion, qui vous sera envoyé la veille : mlaureillard@free.fr

Ambivalences du noir dans le roman français des Lumières

par Élodie Ripoll

Discutant : Davide Vago.

Le XVIIIe siècle est souvent considéré comme le siècle de la couleur tant pour les sciences (l’Optique de Newton est traduite en 1720) que pour la culture matérielle et les œuvres des peintres coloristes où « triomphent les teintes claires et lumineuses, les couleurs gaies, les tonalités “pastel” » tandis que reculent les nuances foncées et saturées1. La production romanesque de cette « oasis colorée2 » ne témoigne cependant pas de cette polychromie. Un examen statistique des mentions de couleurs dans les romans disponibles sur Frantext montre que le noir est une des couleurs les plus utilisées aux côtés du blanc et du rouge3 – noir-blanc-rouge, une association chromatique dont Michel Pastoureau a souligné l’importance depuis l’Antiquité dans des domaines divers4.

Comment expliquer cet intérêt presque paradoxal pour le noir ? L’examen de romans des Lumières montrera que ces emplois ne sont guère descriptifs, mais plutôt symboliques (grâce à un champ symbolique très étendu5), voire rhétoriques à travers un répertoire d’images convenues (idées noires, noire perfidie, regards noirs, etc.). Bien souvent, le noir est associé au blanc et au rouge : cette  « distribution ternaire des couleurs6 » se retrouve dans la description des corps et des émotions, ainsi que dans certains genres littéraires, notamment le roman libertin et le roman gothique qui semblent se structurer autour de ces trois couleurs.

L’étude du noir s’avère dès lors exemplaire. Il reflète des enjeux majeurs de l’utilisation littéraire des couleurs, prise entre description et rhétorique, mention isolée et mentions groupées ; et amorce certaines évolutions que connaîtront les autres hyperonymes7 au cours des XVIIIe et XIXe siècles. Le noir est ainsi la première couleur pour laquelle des termes voisins (sombre, obscur, etc.) seront systématiquement employés pour introduire des variations d’intensité. Observer le noir, son statut et ses ambivalences permet donc de comprendre les évolutions de l’utilisation des cou- leurs en littérature à une époque charnière qui renouvelle les pratiques descriptives et réhabilite le détail romanesque8.

 

1 Michel Pastoureau, Noir, Histoire d’une couleur, Paris, Seuil, 2011, p. 182.

2 Ibid.

3 Cf. Élodie Ripoll, Penser la couleur en littérature, Explorations romanesques des Lumières au réalisme, Paris, Classiques Garnier, 2018, p. 293-296.

4 Michel Pastoureau, Noir, éd. cit., p. 51-54.

5 Voir Michel Pastoureau, Couleurs, images, symboles. Études d’histoire et d’anthropologie, Paris, Le Léopard d’or, 1989, p. 49.

6 Michel Pastoureau, Noir, éd. cit., p. 54.

7 Les hyperonymes dans sont les termes « directs et simples, créés spécialement pour désigner une couleur. […] Au nombre de onze, ils traduisent un “champ” chromatique : bleu/ blanc/ brun [marron]/ gris/ jaune/ noir/ orange/ rose/ rouge/vert/ violet » (An- nie Mollard-Desfour, Le Rouge. Dictionnaire des mots et expressions de couleur, Paris, CNRS Éditions, 2000, p. 23). Le champ chroma- tique intègre les nuances des hyperonymes, appelées hyponymes.

8 Cf. Christof Schöch, La Description double dans le roman français des Lumières (1760-1800), Paris, Classiques Garnier, 2012 ; Michel Delon, « Le détail et l’histoire », dans Destins romanesques de l’émigration, dir. Claire Jaquier, Florence Lotterie et Catriona Seth, Paris, Desjonquères, 2007, p. 158-168.

 

Bibliographie :

Bellin de La Liborlière, Léon François Marie, La Nuit anglaise, préface de Maurice Lévy, Toulouse, Anachar- sis, 2006.

Diderot, Denis, La Religieuse dans Contes et romans, éd. Michel Delon, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 2004.

Fougeret de Monbron, Louis-Charles, Margot la ravaudeuse dans Romanciers libertins du XVIIIe  siècle, t. I, éd. Patrick Wald-Lasowski, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 2000.

Gervaise de Latouche, Jean-Charles, Histoire de Dom B***, portier des Chartreux dans Romanciers libertins du XVIIIe  siècle, t. I, éd. Patrick Wald-Lasowski, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 2000.

Delon, Michel, « Le détail et l’histoire », dans Destins romanesques de l’émigration, dir. Claire Jaquier, Florence Lotterie et Catriona Seth, Paris, Desjonquères, 2007, p. 158-168.

Pastoureau, Michel, Noir, Histoire d’une couleur, Paris, Seuil, 2011

Pastoureau, Michel, Couleurs, images, symboles. Études d’histoire et d’anthropologie, Paris, Le Léopard d’or, 1989. Mollard-Desfour, Annie, Le Dictionnaire des mots et expressions de couleur. Le Noir, préface de Pierre Soulages, Paris, CNRS Éditions, coll. « CNRS Dictionnaires », 2005.

Ripoll, Élodie, Penser la couleur en littérature, Explorations romanesques des Lumières au réalisme, Paris, Classiques Garnier, 2018.

Schöch, Christof, La Description double dans le roman français des Lumières (1760-1800), Paris, Classiques Gar- nier, 2012.

 

Notice biographique :

Élodie Ripoll est maîtresse de conférences en humanités numériques à l’université de Trèves. Sa thèse de doctorat intitulée Penser la couleur en littérature. Explorations romanesques des Lumières au réalisme (cotutelle Freie Universität Berlin / EHESS) a été publiée en 2018 aux éditions Classiques Garnier et a obtenu le Prix de la Kurt-Ringger-Stiftung de l’Académie des sciences et des lettres de Mayence.

Une communion dans le noir pendant l’entre-deux-guerres ? De l’usage du noir et blanc ou de la couleur dans le champ de l’illustration en France à cette période

par Jean-Michel Galland

Discutant : Michel Melot.

Michel Pastoureau souligne la remontée de la valeur « noir » pendant l’entre-deux-guerres, notamment en art et dans la mode. Cette communication a pour objet d’évaluer la pertinence de ce propos dans le domaine de l’illustration littéraire en examinant l’usage du noir ou de la couleur dans les ouvrages publiés en France à cette période ainsi que les valeurs associées à ces pratiques.

Un bref survol sous cet angle de l’édition illustrée des années 1895 à 1914 est tout d’abord effectué, les choix du noir ou de la couleur réalisés après 1918 étant en partie dictés par des effets de réaction ou, au contraire, de continuité par rapport aux pratiques antérieures.

Cette analyse est ensuite centrée sur l’illustration de l’entre-deux-guerres, une activité artistique abordée dans cette recherche selon une approche bourdieusienne. Nous présentons rapidement la structure du champ de l’illustration en 1930. Il est ensuite fait état des résultats d’une étude récente, centrée sur les années 1925-1935, portant sur la répartition au sein de cet espace de l’usage du noir ou de la couleur. Trois niveaux successifs d’interprétation de cette cartographie sont alors proposés, en convoquant notamment les prises de position sur le sujet de divers acteurs de l’illustration de la période, artistes, critiques ou encore écrivains.

Une sorte d’union des contraires autour du noir et blanc, alliant les institutionnels de la gravure aux surréalistes, est ainsi mise en évidence, à un premier niveau, et expliquée. Mais l’existence d’autres « pontages », tout aussi opérants, en faveur de la couleur est également constatée. Si communion il y a dans le noir – l’expression est de Paul Valéry – en matière d’illustration au cours de l’entre-deux-guerres, celle-ci ne concerne donc qu’une part des acteurs du champ. Dans l’approche la plus fine déployée pour cette analyse, la phénoménologie de l’option « noir versus couleur » est appréhendée comme le résultat d’un processus complexe où l’impact de l’habitus de chaque artiste, forgé au long de son parcours, semble primer sur les effets collectifs de champ. Cet espace est donc in fine décrit comme une mosaïque où coexistent et le plus souvent s’affrontent, sur le fond blanc des pages, de multiples valeurs de noir et de couleur.

Notice biographique :

Jean-Michel Galland, chercheur indépendant. De formation initiale scientifique (Ing. ENSIC et M.S. U. of Texas, Austin, USA), il est titulaire d’un master en histoire de l’art (Université Lumière Lyon 2, 2014) et d’un doctorat en histoire (École nationale des chartes-PSL, 2021). Sa thèse porte sur l’illustration de l’entre-deux-guerres avec une approche socio-esthétique. Retraité de l’industrie, devenu chercheur indépendant, Jean-Michel Galland a comme centres d’intérêt académique l’illustration, la théorie de l’illustration, l’histoire de l’édition, la sociologie de l’art, l’histoire culturelle, la modélisation en matière de sciences humaines. Il a publié dans Gryphe, Nouvelles de l’estampe, Histoires littéraires et Textimage et a présenté plusieurs communications. Il est membre notamment de l’AIERTI (IAWIS).



Citer ce billet
Marie Laureillard (2021, 10 décembre). [Double conférence] Séminaire Usages et valeurs du noir, séance n°3, le 14 décembre 2021, 14h-16h30. CEEI. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mi0l

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search