[Publication] “Des assassins” de Chen Uen, bande dessinée publiée aux éditions Patayo, présentation au musée du quai Branly le 2 décembre 2021

Le 2 décembre à partir de 16h au Salon de lecture du musée du quai Branly, projection  d’un film documentaire sur Chen Uen, suivie d’une présentation par Frédéric Fourreau (éditeur), Laurent Mélikian et Marie Laureillard à l’occasion de la publication de Des assassins, qu’ils ont tous deux préfacé : https://www.patayo.fr/nos-livres/des-cases-des-langues-des-mondes/des-assassins/

L’auteur de bandes dessinées Chen Uen 鄭問 (1958-2017) a connu la consécration au Japon avec un prix de manga, puis à Taiwan, son pays natal, dans le cadre d’une exposition posthume au musée du Palais en 2018.  Avec Assassins (刺客列傳), publié pour la première fois en 1986 (paru en français aux éditions Patayo en 2020), mais également avec Le premier empereur (始皇) ou ses autres productions, Chen Uen adapte avec brio la littérature héroïque wuxia 武俠 qui met en scène des justiciers au grand cœur prompts à défendre les opprimés, version chinoise des samouraïs ou des chevaliers du Moyen Âge occidental.  L’idée d’adapter ce type de littérature n’est pas nouvelle et remonte même aux débuts de la bande dessinée chinoise dans les années 1920, mais le traitement qu’en propose Chen Uen est très personnel : lui qui a connu, enfant, le personnage de bande dessinée Zhuge Silang célèbre à Taiwan, les films de kung-fu de Bruce Lee et le cinéma de King Hu, parvient à créer une esthétique singulière qui tranche avec les productions beaucoup plus formatées qui prévalent alors. À la puissance narrative des mangas japonais, à la liberté du traitement des cases qui se diluent ou se transpercent à volonté, se superpose un style de dessin marqué par la peinture à l’encre traditionnelle chinoise expressive et sans contrainte (xieyi 寫意). Avec des techniques inédites associant l’emploi du pinceau à celui de la brosse à dents, recourant à un papier imbibé d’eau et d’huile ou encollé de plastique, Chen Uen réalise un dessin tantôt en noir et blanc, tantôt rehaussé de couleurs vibrantes qui insuffle aux combattants une énergie extraordinaire en évidant les formes ou les faisant surgir de plages vides, mêlant étroitement réalisme et abstraction. Voilà une manière efficace de suggérer la gestuelle de ces héros sabreurs mus par un idéal de droiture et de loyauté, dont la virtuosité acrobatique ne le cède en rien à leurs homologues cinématographiques, dans ces créations célébrées à Taiwan comme un « trésor national ». 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search