Anne-Marie Christin

 

Ancienne élève de l’École Normale Supérieure (1962-1965), agrégée de Lettres classiques (1965), Anne-Marie Christin a commencé à enseigner à l’Université Paris 7 en 1970, et y a fait toute sa carrière.

 

Ses travaux personnels ont pour point de départ les relations entre littérature et peinture : elle consacre sa thèse de doctorat à Eugène Fromentin. Par la suite, l’exploration des relations entre figure et support abordera des objets plus variés invitant à confronter Occident et Orient, de l’art préhistorique à la peinture chinoise en passant par l’illustration ou la typographie. Les relations entre alphabet et idéogramme lui inspirent aussi plusieurs réflexions sur l’histoire et sur la théorie de l’écriture (écritures de première, deuxième et troisième génération, notion de « signe flottant », etc.). Plusieurs ouvrages importants permettent de suivre l’évolution de ses recherches : L’image écrite ou la déraison graphique (Flammarion 1995, réédité en 2001 et 2009), Poétique du blanc, vide et intervalle dans la civilisation de l’alphabet (Peeters-Vrin 2000 et Vrin 2010) ; L’invention de la figure (Flammarion, 2011). Elle voyage beaucoup en Asie, notamment au Japon, mais aussi en Amérique du Nord et du Sud où ses travaux reçoivent un accueil particulièrement attentif.

 

Anne-Marie Christin est également à l’origine de nombreuses publications collectives, le plus souvent issues de recherches menées dans le cadre Centre d’étude de l’écriture, qu’elle fonde en 1982, et où anthropologie de l’écriture, sémiologie de l’image, et histoire de l’art se trouvent réunies.