[2017-2018] L’écriture : traversées visuelles et sonores

L’écriture : traversées visuelles et sonores

séminaire CEEI / CERILAC

Organisation: V. Anger, M. Olivier,
avec la collaboration de G. Théval et A-C. Royère.

Université Paris Diderot-Paris 7
(5 rue Thomas Mann, 75013 Paris)
bâtiment Grands Moulins, salle 695C
de 10h à 13h

[télécharger l’affiche]

Ce séminaire se propose d’interroger la manière dont écriture et image se relient au sonore, dans tous ses états mais prioritairement dans celui de la parole. En d’autres termes, il s’agit de mieux comprendre les conceptions implicites du langage, telles qu’elles sont interrogées par l’écriture. Notre questionnement portera donc sur des pratiques (éditoriales, textuelles, artistiques…) et des objets précis, à partir du moment où quelque chose est à voir, où le visuel inquiète, construit ou accompagne la subjectivité, l’énonciation d’un je. On s’attachera donc particulièrement à l’étude du lyrisme, aux silences textuels, plastiques, typographiques, à l’impossibilité du dire et du lire qu’il peut parfois induire. Poésie et musique y occuperont donc certainement une place privilégiée, scène de tension entre textualité et oralité, mais toutes les formes d’écriture dans toutes les langues et aires culturelles pourront être abordées.

vendredi 6 octobre – Introduction
  • Violaine Anger et Marie Olivier : Introduction
  • [NB:] La contribution d’Isabelle Alfandary ayant été reportée à une date ultérieure, la séance prévue le 6 octobre à 10h en salle 695 C sera l’occasion d’une introduction- présentation par les organisatrices du séminaire. Une discussion libre suivra avec les membres du CEEI.
samedi 9 décembre – Écriture et mise en voir
  •  Vincent Broqua : « Performance de la traduction / traduction de la performance »
    Que se joue-t-il dans la traduction de la performance et la performance de la traduction ? Si la performance poétique est ce moment de mise en geste et en espace d’un texte déjà écrit ou composé sur le moment, alors que fait la traduction ? A l’inverse, quand elle s’empare de la traduction pour la performer, que fait la poésie ? Au travers de cette intervention exploratoire nous nous intéresserons au corps du traducteur et du performeur, à leurs interactions – s’il y en a – en reposant la question de savoir ce que cela signifie de performer un texte à l’oral. Nous prendrons notamment appui sur des enregistrements et des vidéos de performances poétiques.
  • Lenka Stransky : « L’image et l’écriture dans les partitions graphiques et verbales : oscillations, interactions, fusions »
    En tant que diagrammes – opérateurs d’une pensée plastique –, les partitions graphiques et verbales possèdent la capacité de fonctionner comme écran de projection de modèles de composition. Par leur manière d’exploiter le jeu des interactions sensorielles, elles relèvent du concept non décrit, mais susceptible d’être réalisé. Permettant de visualiser ce qui est inaccessible à la perception immédiate, ces partitions n’offrent pas une représentation d’une réalité sonore, mais donnent à penser plus qu’elles ne représentent. Elles tendent vers une identité totale entre l’image, le mot, l’écriture. L’acte d’écrire, de réaliser le signe, le tracé de l’idée sonore à reconstruire, devient ainsi un authentique instrument d’un projet et d’une pensée artistique. Dans ce type de partition, l’interprète est entraîné dans un processus interactif de coproduction de l’œuvre. Le compositeur n’a plus le « contrôle total » du résultat sonore obtenu : au cours de son travail de « programmation », il doit prévoir l’ensemble des possibilités combinatoires permises par la partition, aussi bien avant que pendant sa réalisation (polymorphe et multimédiale). Nous nous interrogeons sur le lien entre le diagramme et le mouvement de la pensée sonore et visuelle, la contiguïté entre la création et le virtuel, la dynamique et la signification, la mobilité et le concept.
vendredi 19 janvier – Autour de la tapisserie
  •  Pauline Bruley : « L’idée de tapisserie chez Ch. Péguy »
    L’idée de tapisserie chez Ch. Péguy » Quel rapport les Tapisseries de Charles Péguy engagent-elles entre le vers, son dire et son rythme, son mètre et son écriture ? Quelle représentation de langage, et quel langage la tapisserie tisse-t-elle ? Nous réfléchirons à l’interaction entre ses formes graphiques et phoniques et à la façon dont l’ancien et l’inouï, le monde et le sujet peuvent s’y dire ensemble.
  • David Christoffel  : « De la parole en musique à la pensée en tapisserie »
    La parole peut faire flot, couvrir une surface et la musique semble l’inciter à respecter les symétries entre inspirations et expirations… En relevant les exigences tapissières que la parole peut intérioriser, nous chercherons comment la pensée vient à respecter des schémas posturaux.
vendredi 9 février – L’écran
  • Éric Brunier  : « À l’ombre d’Anne-Marie Christin »
    Qu’est-ce que le peintre peut avoir à dire ou à faire de l’écran ? Déjà qu’est ce que cette notion permet de désigner dans l’opération de la peinture ? Ni tout à fait son support, ni tout à fait son espace, l’écran semble reconduire à une origine commune de la peinture et de l’écriture. Origine moins historique, toutefois, qu’elle n’est à la fois matérielle et théorique. C’est au cours d’une promenade à travers l’écran de la peinture, dans son épaisseur, que l’on cherchera à mieux déterminer cette notion et ses enjeux.
  • Jocelyn Dupont : « Le décentrement du vococentrisme dans Berberian Sound Studio (P. Strickland, 2013) »
    Berberian Sound Studio, du réalisateur indépendant britannique Peter Strickland, voyage filmique surréaliste au pays du giallo italien, est plus que le métafilm habilement postmoderne tel qu’il semble d’abord s’offrir au spectateur. En effet, par ses manipulations sonores, le film de Strickland opère un travail précis et continu de mise à mal du « vococentrisme » (M. Chion), générant un effet de brouillage audio-visuel qui résulte en un abandon total du couplage entre vision et audition qui caractérise la situation filmique conventionnelle. Dans cette intervention, nous analyserons les stratégies de déstabilisation du texte visuel par sa contrepartie sonore afin de mieux apprécier comment le film malmène nos attentes spectatorielles et nous conduit peu à peu vers l’aporie.
vendredi 9 mars – Alphabet, notation musicale et imprimerie
  •  Jean Vignes : « L’œuvre poétique de Baïf et ses expériences graphiques »
    Esquisse d’une synthèse sur la graphie phonétique de Baïf en comparant le fameux manuscrit autographe de ses Psaumes et de ses Chansonnettes (BnF ms fr 19140), et les Etrennes de poésie française en vers mesurés (imprimées à Paris, 1574).
  • Alice Tacaille : « Mise en page de l’écriture musicale »
date à venir –
  • Isabelle Alfandary : « Écouter voir : la poésie homophonique de Gertrude Stein »
    Gertrude Stein fait un usage immodéré et énigmatique de l’homophonie dans la première partie de son œuvre poétique. Ces jeux de mots d’un genre particulier sont inséparables chez elle d’un certain rapport à la traduction. Par l’homophonie, Stein touche à une matière archaïque et largement inaccessible de la langue qui lui permet de rendre ou de figurer des sensations à la limite des mots.