L’ouvrage « Mallarmé et la Chine » de Laurent Mattiussi (2015) a reçu le prix Henri Mondor

Laurent Mattiussi, professeur de littérature générale et comparée à l’université Jean Moulin-Lyon 3, a reçu un prix de l’Académie française, le prix Henri Mondor, pour son ouvrage intitulé « Mallarmé et la Chine », paru en 2015 chez l’Harmattan dans la collection « L’univers esthétique » dirigée par Véronique Alexandre Journeau.

Présentation de l’ouvrage

Cf. conférence filmée

Dans un poème de jeunesse, Mallarmé est tenté d’« Imiter le Chinois au cœur limpide et fin ». Le peintre chinois que le jeune poète se donne alors pour modèle est la figure idéale de l’artiste, qui incarne tout le projet esthétique, présent et à venir, de Mallarmé. La poésie, la peinture, la musique et la danse sont d’abord pour lui des arts qui décrivent dans l’espace leur « arabesque », des arts du trait, à l’instar de la calligraphie et de la peinture chinoises… Tous les arts en définitive visent ce qui est pour Mallarmé le nec plus ultra de la figuration esthétique : « une ligne fine, comme tracée à l’encre de chine ». La prééminence du blanc, du vide et du silence comme moyens de la plus haute expression, la fonction capitale accordée à la suggestion et à l’allusion, jusqu’aux tentatives ultimes pour penser comme un rite collectif la célébration publique de l’œuvre d’art, tous ces moments décisifs de la méditation esthétique de Mallarmé trouvent leurs échos et leurs analogies fécondes dans le vaste champ de la culture chinoise, taoïste d’abord, mais aussi, dans une moindre mesure, confucianiste. Mallarmé est ainsi le génial précurseur en Europe de l’idée, foncièrement chinoise dans son esprit, que l’art, par sa transposition verbale, visuelle et sonore, offre paradoxalement du monde une version d’autant plus riche et plus parlante à l’imagination qu’elle est raréfiée et simplifiée.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *