Parution d’un recueil de poésie de CHEN LI : « CARTES POSTALES POUR MESSIAEN »

Recueil de poésie paru aux éditions Circé, avril 2017

Traduit du chinois et présenté par Marie Laureillard

 

Épris d’art et de musique, le poète taïwanais Chen Li (né en 1954) tire son inspiration tantôt de peintres – Monet, Miró, Balthus, Buffet, Li Keran -, tantôt de compositeurs – Schubert, Mahler, Debussy, Messiaen. Ces musiques ou peintures qu’il affectionne, il les traduit en poèmes, adepte d’une conception élargie de la traduction et considérant l’écriture poétique comme non figée, toujours transformable, malléable, susceptible de donner lieu à une infinité de créations nouvelles.

J’habite l’ancienne Asie / et toi la lointaine Europe / quelqu’un retourne la planète / nous perdons pied, chavirons ensemble / dans un océan de mélancolie.

 

Ainsi Chen Li s’adresse-t-il à l’un de ses compositeurs de prédilection, Olivier Messiaen. La poésie est à ses yeux le meilleur moyen de communiquer avec le monde, à qui il envoie sans relâche des cartes postales sous forme de poèmes.

Rêvant de transcender les frontières linguistiques, il pratique également la poésie visuelle, en réinvestissant les caractères chinois d’une signification nouvelle. Ainsi, La symphonie belliqueuse repose sur la métamorphose d’un caractère progressivement privé de ses traits constitutifs, allégorie de la mutilation et de la mort et vibrant réquisitoire contre la guerre. Blanc procède de la simplification d’un caractère, « blanc », qui se transforme en caractère « soleil » puis en points pour finir par se dissoudre dans le blanc de la page.

Engagé dans la quête identitaire taïwanaise et profondément attaché à son île natale peuplée de faisans noirs à longue queue et de serpents aux cent pas, que les Portugais nommèrent jadis la « Belle » (Formosa), Chen Li reste également à l’écoute d’autres voix venues du monde entier. Enclin à un humour teinté d’amertume, le poète mélomane a fait sien le mot du compositeur japonais Toru Takemitsu, qui s’applique à toute sa poésie : « La musique, dans son essence, semble inséparable de la tristesse. C’est la tristesse de l’existence. Plus vous êtes emplis de la joie de la création musicale, plus profonde est la tristesse. »

Né en 1954 à Hualien, une petite ville de la côte est de Taiwan, Chen Li est l’auteur d’une quinzaine de recueils de poésie. Lauréat de nombreux prix littéraires, il organise chaque année le Festival de Poésie du Pacifique. Chen Li est considéré comme l’un des poètes de langue chinoise les plus novateurs et les plus stimulants de notre temps.

 

http://www.editions-circe.fr/livre-Cartes_postales_pour_Messiaen-519-1-1-0-1.html


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *