[suite] La typographie au plomb pour les caractères chinois au XIXe-XXe siècle (2)

Deuxième intervention de Victor Thibout sur le thème : « La typographie au plomb pour les caractères chinois au XIXe siècle : transfert technique et développement (Chine continentale/Japon/Taïwan) » dans le cadre du séminaire de Michela Bussotti (EFEO/CECMC) : Histoire culturelle de la Chine (XVe siècle-XIXe siècle) : livres, éditeurs et publics.

Jeudi 2 février 2017, 9h-11h

EHESS, salle 681, 6e étage, bât. Le France
190-198 avenue de France – 75013 Paris

L’impression au moyen de caractères mobiles est une invention chinoise du XIe siècle. Pourtant, ce procédé est demeuré très marginal dans l’aire culturelle chinoise (Chine, Japon, Taïwan, Corée) jusqu’à la deuxième moitié du XIXe siècle, alors qu’il a connu en Europe, dès l’époque de Gutenberg, un développement rapide et durable qui en a fait le mode d’impression dominant dans cette partie du monde pendant les cinq siècles qui suivirent.

Cette séance prolonge celle du 15 décembre 2016. Nous y aborderons le transfert (depuis la Chine continentale vers le Japon et Taïwan) de la galvanoplastie appliquée à la production de matrices typographiques, le développement progressif des fontes de caractères chinois et la mécanisation de la production (tant des matrices que des caractères d’imprimerie) à la fin du XIXe siècle et au XXe siècle.

Diplômé de l’ESIT (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), Victor Thibout a séjourné en Chine continentale, à Hong Kong et à Taïwan. Il s’intéresse depuis de nombreuses années à la typographie chinoise, à laquelle il a consacré son mémoire de fin d’études.

 

Contact

michela.bussotti@efeo.net


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *